"La catastrophe est maintenant à nos portes" : dans une tribune, Cyril Dion demande à Emmanuel Macron de "tenir parole" sur le climat

Dans une tribune publiée samedi dans "Le Monde", l'un des garants de la Convention citoyenne pour le climat a de nouveau demandé au président de la République de respecter ses engagements vis-à-vis du collectif citoyen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cyril Dion, en septembre 2019, au festival Les Correspondances, à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).  (JOEL SAGET / AFP)

Cyril Dion n'a pas apprécié la séquence de l'interview d'Emmanuel Macron à "Brut" concernant la Convention citoyenne pour le climat, vendredi 4 décembre. L'un des garants de la convention a pris la plume pour lui répondre dans une tribune publiée samedi 5 décembre dans le journal Le Monde.

Au cours de l'interview donnée au média en ligne, le président de la République avait haussé le ton pour défendre son rétropédalage sur son engagement de reprendre "telles quelles" les 149 propositions du collectif. Interrogé par franceinfo, un des membres de la convention a estimé qu'Emmanuel Macron était "sorti de ses gonds" à ce moment de l'interview.

"Reprendre le plus grand nombre des propositions de la Convention citoyenne"

Cette séquence a motivé le réalisateur Cyril Dion à répondre au chef de l'Etat. "Ce que nous, signataires de cette pétition, vous demandons n'est ni un 'sketch', ni une trahison, ni une 'solution de fainéant', mais simplement de tenir parole", écrit-il. "Nous vous le demandons aujourd'hui car c'est en ce moment qu'ont lieu les arbitrages de la grande loi climat qui doit reprendre le plus grand nombre des propositions de la Convention citoyenne", poursuit l'activiste. 

Selon lui, le manque de courage des responsables politiques au cours des dernières décennies à conduit à une situation critique. "La catastrophe est maintenant à nos portes, et il sera bientôt trop tard pour éviter le pire", déplore Cyril Dion. "Par-dessus tout, nous vous le demandons parce que nous croyons toujours, même si c'est un peu vieux jeu, que tenir sa parole, pour un président de la République, c'est le socle de nos démocraties", conclut la tribune. 

Au mois de novembre, le réalisateur avait lancé une pétition qui recueille désormais plus de 323 000 personnes pour qu'Emmanuel Macron "tienne parole". L'objectif de cette pétition est, selon lui, de "mettre une pression maximum" sur le chef de l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.