Cet article date de plus de six ans.

Climat : le sommet de l'ONU joue les prolongations

La Conférence de l'ONU sur le climat devait se clore vendredi soir à Lima mais, faute de consensus, les discussions se poursuivent à huis clos. Rien de très étonnant : il est difficile de mettre d'accord 190 pays.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les discussions se poursuivent désormais à huis clos © REUTERS/Enrique Castro-Mendivil)

"Nous y sommes presque, nous avons besoin d'un dernier effort" : vendredi après-midi, Manuel Pulgar, le ministre de l'Environnement du Pérou, qui préside les débats, voulait y croire. Mais quelques heures plus tard, le texte était toujours en discussions... Pas facile de se mettre d'accord, à 190 pays, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et limiter à 2°C la hausse de la température de la planète...

La Conférence de l'ONU sur le climat devait officiellement prendre fin vendredi à 18h locales (minuit à Paris), mais les discussions se poursuivent toujours. A huis clos désormais.

Pour limiter la hausse de la température mondiale, il va falloir réduire les gaz à effet de serre de 40 à 70%. Cela suppose d'abandonner les énergies fossiles, comme le charbon, et d'investir massivement dans d'autres énergies.

Sud contre Nord, encore

La Convention sur le climat de 1992 a reconnu une "responsabilité globale mais différenciée", selon qu'il s'agiy d'un pays développé ou d'un pays en voie de développement... La Chine est le 1er pays émetteur de gaz à effet de serre, l'Inde est 4e ; tous deux plaident pour un statu quo. Inacceptable pour les Etats-Unis ou l'Union européenne.

Et puis, il y a les pays africains, peu concernés puisqu'ils ne produisent quasiment pas de ces gaz (3%), mais qui veulent des garanties financières - une aide pour faire face au réchauffement climatique, en clair.

Sur tous ces enjeux, il va falloir désormais mettre sur pied une feuille de route...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.