Centrale à charbon de Cordemais : vers une fermeture repoussée ?

Est-ce un nouveau recul du gouvernement en matière d'écologie ? Alors qu'Emmanuel Macron avait annoncé que toutes les centrales à charbon seraient fermées d'ici 2022, une exception pourrait être faite à Cordemais, en Loire-Atlantique.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est sur le site de Cordemais en Loire-Atlantique que se trouve la plus grande centrale à charbon de France. Une centrale en sursis, car en novembre 2018, le président Emmanuel Macron annonce un tournant radical dans la production d'électricité. "Nous avons décidé de fermer l'ensemble des centrales à charbon d'ici 2022", assurait alors le chef de l'État. Il existe actuellement en France quatre centrales à charbon qui emploient plus de 3 000 salariés.

Le ministre de l'Écologie donne un délai à la centrale de Cordemais

Leur fermeture est prévue d'ici 2022, sauf celle de Cordemais, car EDF expérimente un nouveau procédé moins polluant, mais toujours avec un peu de charbon. 20% de charbon pour 80% de bois de récupération. Le projet est soutenu localement par des élus écologistes, mais d'autres associations y sont opposées et y voient un renoncement aux objectifs en matière de climat de la France. Le ministre de l'Écologie donne un délai à la centrale de Cordemais pour faire ses preuves. À terme, elle devrait se passer complètement du charbon et tourner à 100% avec des produits végétaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018.
La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018. (LOIC VENANCE / AFP)