Rave-parties en Bretagne : deux organisations de protection de la nature s'inquiètent des conséquences sur la biodiversité

Ces rassemblement musicaux festifs ont notamment un impact sur la nidification des oiseaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le site des Monts d'Arrées, classée zone Natural 2000, où a eu lieu une rave-party le 17 juillet dernier. (GUIZIOU FRANCK / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Des rave-parties ont lieu quasiment tous les week-end depuis le début de l'été en Bretagne. En quittant ces rassemblements festifs et musicaux, qui se déroulent sur des sites appartenant parfois à des agriculteurs, les ravers laissent des terres abîmées, alertent deux organismes de protection de l'environnement breton, rapporte France Bleu Armorique, mardi 27 juillet.

Un "impact direct sur la biodiversité" des rave-parties

Le Parc régional naturel d'Armorique et l'association Bretagne Vivante estiment que ces rave-parties ont "un impact direct sur la biodiversité". Ils pointent notamment des "échecs de la nidification" après de tels événements. Les deux organismes demandent ainsi à l'Etat de "prendre les mesures qui s'imposent" et ils se disent prêts à "reprendre le dialogue et engager des solutions".

Ils appellent par ailleurs les participants des raves à "prendre leur part de responsabilité" et apportent leur "soutien aux agriculteurs dont les terres sont occupées illégalement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.