Les nouveaux quotas d'oiseaux qui peuvent être chassés mécontentent leurs défenseurs et les chasseurs

C'est l'une des premières décisions de François de Rugy, ministre de la Transition écologique qui a succèdé à Nicolas Hulot. Le ministère affirme que les quotas ont été abaissés pour la saison 2018-2019 par rapport à la précédente.

Les quotas d\'oiseaux pour la chasse ont été revus à la baisse, le 28 septembre 2018. Les grives font partie des espèces d\'oiseaux ciblées par la chasse traditionnelle.
Les quotas d'oiseaux pour la chasse ont été revus à la baisse, le 28 septembre 2018. Les grives font partie des espèces d'oiseaux ciblées par la chasse traditionnelle. (JEAN-FRANCOIS NOBLET / BIOSPHOTO / AFP)

C'est une décision qui mécontente à la fois les chasseurs et les défenseurs des oiseaux. Les quotas de volatiles pour les chasses traditionnelles (glu, filets...) ont été abaissés pour la saison 2018-2019. Ils ont été définis en fonction des prises réalisées par les chasseurs pendant la saison précédente, a annoncé, jeudi 27 septembre, le ministère de la Transition écologique. "Cela permet d'entériner la tendance à la réduction progressive des prélèvements de ces espèces constatée depuis plusieurs années", estime le ministère selon l'AFP.

"A titre d'exemple, pour l'alouette des champs, les plafonds de prélèvements sont passés de 370 000 à 106 500 entre 2015 et 2018", poursuit le ministère. Cette chasse aux alouettes, qui concerne la Gironde, les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques, se fait par filets et matoles (piégeage par des cages). En Paca, grives et merles pourront être attrapés à la glu (déposée sur les branches où ils viennent se poser). Tandis que dans les Ardennes, où merles et grives sont pendus par des lacets (la "tenderie"), "le nombre maximum (...) est fixé à 5 800 pour la campagne 2018-2019"selon les arrêtés parus jeudi au Journal officiel.

"Premier acte contre-nature de François de Rugy"

"Le nouveau ministre de la Transition écologique a manqué magistralement ses débuts vis-à-vis des chasseurs. Il vient en effet de signer des arrêtés, fixant pour la saison 2018-2019 les quotas d'oiseaux dont la capture est autorisée selon des modes de chasses traditionnels en abaissant arbitrairement, sans la moindre concertation avec la FNC, ces quotas de 2 à 10 fois moins", déplore la Fédération nationale des chasseurs, dans un communiqué consulté par franceinfo.

Pour les défenseurs des oiseaux, c'est aussi "un premier acte contre-nature de la part du nouveau ministre François de Rugy". Car la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) estime que les quotas des prises ont reculé ces dernières années, "parce qu'il y a moins d'oiseaux". Ainsi, selon le directeur de la LPO, Yves Vérilhac, considère que les quotas n'ont quasiment pas bougé depuis 1989. "Et qui peut garantir que ces quotas seront respectés ?", ajoute-t-il, relevant aussi le caractère "non sélectif" de ces méthodes de chasse.