À Strasbourg, un jeune loup observé pour la première fois aux portes de la ville

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Un loup observé près de Strasbourg
Article rédigé par
France Télévisions

C'est une image rare dans la région, celle d'un jeune loup en balade depuis quelques jours sur le territoire du Kochersberg, à une dizaine de kilomètres de Strasbourg. Le jeune animal est sans doute en transit, en quête d'un nouveau territoire. 

Qui a vu le loup ? Beaucoup de monde ces derniers jours du côté du Kochersberg, près de Strasbourg. Depuis le 4 mars, le jeune animal a été repéré à plusieurs endroits dans ce secteur agricole. Il est certainement en transit, à la recherche d'un territoire. "Ce loup est sans doute italien, explique Thomas Pfeiffer, spécialiste de l'animal. Il va chercher à s'installer dans un territoire et il est en transit par le Kochersberg. Ce n'est pas une étape finale, seulement une étape de sa vie, il va ensuite essayer de rencontrer une femelle"

Pas de danger pour l'homme 

De nombreuses photos et vidéos circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Les défenseurs du loup appellent à ne pas le chasser ni à le pourchasser, comme cela est déjà malheureusement arrivé. "Ce loup n'est absolument pas un danger pour l'homme. Comme tous les loups du monde, d'ailleurs, car ils ont naturellement peur de l'animal vertical que nous sommes. On ne risque rien". Pour les éleveurs, quelques précautions sont évidemment à prendre pour leurs troupeaux, même s'il n'y en a pas beaucoup dans ce secteur. 

Les défenseurs du loup craignent pour la survie de l'animal, objets de toutes les craintes et fantasmes depuis des siècles. Mais rappelons qu'il est une espèce protégée. Toute personne qui en tue un encourt une peine de trois ans de prison et de 150 000 euros d'amende. La fédération des chasseurs du Bas-Rhin a également appelé à protéger ce jeune loup, qui devrait prochainement quitter la région. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.