VIDEO. Mort de Rémi Fraisse : l’analyse politique de Nathalie Saint-Cricq

Si la responsable du service politique de France 2 affirme que l’exécutif sait qu’il "faut reprendre la main" pour éviter que l’affaire "ne dégénère", elle évoque de possibles "séquelles pour le gouvernement".

Voir la vidéo
France 2

"C’est possible qu’il y ait des séquelles pour le gouvernement", affirme la responsable du service politique de France 2 Nathalie Saint-Cricq au sujet de la mort du jeune Rémi Fraisse sur le site du barrage controversé de Sivens.

"Marquer les esprits"

"C’est probablement ce qui peut arriver de pire à un gouvernement. François Hollande et Manuel Valls ont manifestement sous-estimé les risques d’instrumentalisation politique de cette terrible affaire", précise la journaliste. "Tout d’abord en attendant 48 heures avant d’exprimer une forme de compassion vis-à-vis de la victime et de sa famille. Ça pouvait être fait sans pour autant désavouer les forces de l’ordre", assure-t-elle.

"Et il y a plus pernicieux, ce sont les écologistes, qui avec insistance ont fait toute la journée le parallèle avec l’affaire Malik Oussekine", explique Nathalie Saint-Cricq, avant d’ajouter que si "le parallèle est pour le moins douteux", il "risque de marquer les esprits". "Pour l’instant, la droite refuse de souffler sur les braises et l’exécutif est parfaitement conscient qu’il faut reprendre la main pour éviter que tout cela ne dégénère", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn), le 27 octobre 2014, les opposants au projet rendent hommage au manifestant Rémi Fraisse.
Sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn), le 27 octobre 2014, les opposants au projet rendent hommage au manifestant Rémi Fraisse. (REMY GABALDA / AFP)