Cet article date de plus de huit ans.

La Corse met en place des mesures de lutte contre la bactérie "Xylella fastidiosa"

La bacterie "tueuse d'oliviers" a été détectée sur un arbuste dans la station balnéaire de Propriano (Corse-du-Sud). 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Vue d'une oliveraie à Sainte-Lucie-de-Tallano (Corse), le 4 novembre 2014. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Alors qu'un cas a été détectée, pour la première fois, à Propriano (Corse-du-Sud), la préfecture de Corse a annoncé, vendredi 24 juillet, de nouvelles mesures de lutte contre Xylella Fastidiosa. La bactérie s'attaque à près de 200 végétaux, dont des oliviers, et il n'existe pour le moment aucune parade efficace pour l'endiguer.

Dans un rayon de 100 mètres autour de la grande surface où a été découverte la bactérie, "la désinsectisation intégrale de la zone a été effectuée par le service de lutte antivectorielle du Conseil départemental". Les forestiers-sapeurs ont également procédé à "l'arrachage et la destruction de l'ensemble des végétaux" dans ce périmètre. Cette opération se poursuivra durant toute la fin de semaine "jusqu'au traitement complet de la zone".

Enquête en cours sur les plants issus du même lot

Par ailleurs, une enquête épidémiologique, menée par la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de Corse-du-Sud, "se poursuit avec l'identification d'autres plants issus du même lot que les végétaux confirmés positifs et sur lesquels des prélèvements ont été effectués".

Concernant le contrôle du fournisseur de ces végétaux, la préfecture indique que "l'intégralité du stock a fait l'objet d'une consignation [et] aucune nouvelle marchandise ne peut entrer ni sortir de cet établissement dans lequel des prélèvements ont également été réalisés". Enfin, un nouvel arrêté préfectoral vient compléter "un premier dispositif destiné à prévenir la propagation de la bactérie" adopté au printemps.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.