Après les abattoirs, "l'enfer des cages" de poules pondeuses

Apres les vidéos choc sur les abattoirs, l'association L 214 épingle un élevage industriel de poules pondeuses de l’Ain qui fournit la marque Matines, bien loin des publicités vantant les œufs frais. Invité ce mercredi de France Info, Stéphane Le Foll s'est déclaré prêt à fermer cet élevage. Matines a annoncé dans la foulée qu'elle cessait de s'approvisionner dans cet élevage.

(Matines : dans l'enfer des cages - Capture d'écran © Association L 214)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Après les abattoirs, l'association L 214 épingle un élevage industriel de poules pondeuses de l’Ain qui fournit la marque Matines. Et des publicités présentant de beaux oeufs frais à la réalité de l'endroit, le pas à franchir est grand : un bâtiment sans fenêtre dans lequel s'entassent 200.000 poules, des volatiles et des œufs infestés de poux, des cadavres en décomposition dans les cages, un sol sur lequel prolifèrent les asticots. Bienvenue au GAEC du Perrat dans l'Ain, une exploitation qui avait déjà été dénoncée par L 214 en 2013. Trois ans plus tard, rien n'a vraiment changé. 

L 214 réclame la fermeture immédiate de l’élevage 

"Nous avons exactement le même constat : les services vétérinaires ont bien tenté de faire changer la situation mais malgré quelques avancées, rien n’a vraiment changé. Nous savons bien qu’il n’y a pas de bonnes conditions de vie pour les poules pondeuses quand elles sont élevées en cages, mais là, un pas a été franchi dans l’abominable pour les animaux .", dénonce Brigitte Gothiere, de l'association L 214. Cette dernière réclame la fermeture immédiate de l’élevage par le préfet. 

Matines cessera de s'approvisionner dans cet élevage

Invité ce mercredi de France Info, Stéphane Le Foll s'est déclaré prêt à fermer cet élevage. Après la publication de la vidéo par L214, la marque d'oeufs Matines a annoncé qu’elle cesserait de s'approvisionner dans cet élevage. "Nous avons pris la décision de stopper les approvisionnements venant de cet élevage. Il n'y a pas un oeuf qui sera conditionné en provenance de cet éleveur" à partir d'aujourd'hui, a ainsi expliqué David Cassin, son directeur qualité. Des mesures de "retrait en magasin des oeufs déjà commercialisés" vont également être prises.

A LIRE AUSSI ►►► Conditions de vie de poules pondeuses dans l'Ain : "S'il le faut je fermerai cet élevage" (S. Le Foll, ministre de l'Agriculture)

 

Les hypermarchés doivent prendre leurs responsabilités 

L 214 en profite également pour appeler à leur responsabilité les enseignes Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Super U qui commercialisent ces œufs de batterie. 

 

Un élevage industriel de poules pondeuses épinglé par l’association L214 - reportage Dominique Loriou
--'--
--'--