VIDEO - L'association L214 dénonce des maltraitances dans un abattoir basque

L'association L214 de défense des animaux publie ce mardi matin une nouvelle vidéo choc, tournée en caméra cachée dans un abattoir de Mauléon dans les Pyrénées-Atlantiques. L'association porte plainte pour maltraitance, sévices graves et actes de cruauté. Et cette fois encore il s'agit d'une petite structure qui s'est fait connaître comme un établissement de qualité.

(Des images atroces sur cette nouvelle vidéo de L214 © capture d'écran)

33 salariés seulement. 3 000 tonnes de viande traitées par an, c'est assez peu. Et des clients exigeants. Parmi eux : une AMAP, une association de maintien de l'agriculture paysanne, le meilleur boucher de Paris, Yves-Marie Le Bourdonnec, ou encore le restaurateur étoilé Alain Ducasse... C'est pourtant dans ce petit abattoir du Pays Basque qui met en avant le bio et les labels rouges, qu'ont été tournées les nouvelles images en caméra cachée.

"Les images sont atroces"  assure Brigitte Gothière, une des porte-paroles de l'association L214. "On parle d'animaux, des agneaux tout jeunes, qui viennent d'être enlevés à leur mère, qui sont mal étourdis. L'employé utilise le crochet qui sert à les suspendre par une patte pour les assommer. On voit aussi un agneau écartelé vivant…"

"On voit aussi un agneau écartelé vivant…"(Brigitte Gothière de l'association L214)
--'--
--'--
Le directeur de l'abattoir de Mauléon, Gérard Clémente, en poste depuis 40 ans, se dit effondré, catastrophé après le visionnage : "Quand j'ai commencé à regarder la vidéo, j'étais entre pleurer et vomir. Personne n'aurait pu s'imaginer que cela se passait chez nous ." Et il accuse "deux abrutis " en expliquant qu'on ne "peut pas être derrière tout le monde dans un abattoir."
"Personne n'aurait pu s'imaginer que cela se passait chez nous" (Gérard Clémente, patron de l'abattoir de Mauléon)
--'--
--'--

Pour l'association L214 c'est une nouvelle preuve de l'absence totale de transparence effective dans les abattoirs. La plainte est sur le bureau du procureur de Pau.