Cet article date de plus de cinq ans.

Alpes-Maritimes : une semaine après les intempéries, il reste beaucoup à faire

Il y a une semaine tout juste, les Alpes-Maritimes se réveillaient meurtries par de violentes intempéries. En à peine deux heures, samedi soir, 20 personnes ont été tuées. Deux sont toujours recherchées dans le secteur de Cannes. Aujourd'hui, les habitants, commerçants et communes font du mieux qu'ils peuvent pour effacer les traces du drame.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (A Biot, les habitants et bénévoles nettoient depuis une semaine © MaxPPP)

Une semaine après les intempéries qui ont fait 20 morts et deux disparus sur la Côte d'Azur, les habitants et les communes sinistrés tentent de relever la tête. Les routes, les berges, le gros du travail est presque terminé, mais chez les particuliers, les réparations et le nettoyage risquent encore d'être longs.

A LIRE AUSSI ►►► Côte d'Azur : le coût des intempéries estimé entre 550 et 650 millions d'euros

A Mandelieu, la commune la plus touchée avec huit morts, les pompiers viennent juste de finir de pomper, dans les parkings souterrains inondés et les caves. Maintenant, les agents municipaux nettoient les rues. Les habitants eux commencent à accueillir les experts et récupèrent l'arrêté de catastrophe naturelle, adopté ce mercredi par le gouvernement.

A Biot, des habitants et bénévoles main dans la main

Dans la commune de Biot, trois pensionnaires d'une maison de retraite sont décédés et des vagues de boue ont ravagé une bonne partie des habitations du village en seulement deux heures. Sonnée, la mairie a lancé un appel au bénévolat dimanche dernier. Un appel entendu par plusieurs dizaines de bénévoles qui ont décidé de donner de leur temps pour les autres.

"Tous les jours à 9h du matin, nous accueillons les bénévoles et avec la Croix-Rouge , explique Guilaine Debras, maire de Biot. Nous organisons l'aide aux sinistrés."   Mais tenir le rythme est de plus en plus dur : "tout le monde a été sur le pont toute la semaine et tout le monde est très fatigué" . Du personnel des communes voisines et de la communauté d'agglomération est donc venu en renfort. Sur les tous trottoirs de Biot, des centaines encombrants attendent maintenant d'être ramassés par les services communaux.

"Il y a encore beaucoup à faire [...] Nous dirigeons au mieux les bénévoles pour répondre aux besoins urgents" Guilaine Debras, maire de Biot
écouter

D'après la maire de Biot, 22 familles devront être relogées définitivement, leurs habitations étant trop endommagées. 

Des entreprises à reconstruire

Au bord de La Brague, ce fleuve côtier sorti de son lit samedi dernier ravageant tout sur son passage, les dégâts sont encore considérables dans une pépinière. Sous les vitres brisées des serres, une quarantaine de bénévoles s'affairent avec seaux, bottes, gants et balais. Une armée efficace que la mairie de Biot a savamment dispatché en fonction des urgences. Le patron, Jacques Bedel, est plus que reconnaissant : "c'est fabuleux!"  Mais tous le savent, même après le nettoyage, la reconstruction sera très longue pour la pépinière.

"Il y a trois jours c'était l'apocalypse ! Des voitures, des caravanes du verre brisé..." Bernard, bénévole, au micro de Sandrine Etoa-Andegue
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.