Cet article date de plus de quatre ans.

Daech revendique la tuerie d'Orlando en Floride

Daech revendique la responsabilité de la tuerie d'Orlando dimanche en Floride qui a fait 50 morts
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La discothèque gay à Orlando, où a eu lieu la fusillade sanglante dans la nuit de samedi à dimanche en Floride© Sipa)

Daech a revendiqué dimanche la responsabilité de la tuerie dans la discothèque gay d'Orlando, en Floride (Etats-Unis). Une attaque perpétrée par "un combattant de l'Etat Islamique", indique l'agence Amaq, liée à Daech.  

La fusillade, couplée d'une prise d'otage, a fait au moins 50 morts et 53 blesées. C'est la tuerie la plus meurtrière de l'histoire récente de l'Amérique.

Le tireur, abattu par la police, était connu du FBI

La police a ouvert une enquête pour "acte terroriste". Le FBI indique avoir enquêté sur Omar Mateen, identifié comme le tireur présumé, mais "sans suite".

"Il a été interrogé à plusieurs reprises par la police fédérale suite à des remarques à ses collègues laissant penser à d'éventuels liens avec des terroristes", a expliqué Ronald Hopper, un responsable du FBI, au cours d'une conférence de presse. 

Le tireur présumé est un citoyen américain, né de parents afghans, âgé de 29 ans. Il était vigile dans une entreprise de sécurité. Il a prêté allégeance à Daech quelques instants avant son crime, cependant, cela ne signifie pas forcément que le suspect avait des contacts au sein de l'organisation terroriste. Il a agi seul et a été tué lors d'un échange de tirs avec la police.

L'auteur présumé de cette tuerie résidait à Port Saint Lucie, à environ 200 km d’Orlando. 

Barack Obama condamne un "acte de terreur et de haine" 

Le président américain parle d'"un acte de terreur et de haine". "Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes ", a affirmé le président lors d'une brève allocution en direct de la Maison Blanche. 

Il a également ordonné que les drapeaux sur tous les bâtiments fédéraux soient mis en berne en hommage aux victimes.

Le président américain Barack Obama
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.