Crash du vol MH17 en Ukraine : ce que révèle le premier rapport des enquêteurs

Le Boeing de la Malaysia Airlines a été abattu en plein vol par des "projectiles à grande vitesse", selon les premières conclusions du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité.

Capture écran du rapport du Bureau d\'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre des trous dans la carlingue du vol MH17, perforée par des \"projectiles à grande vitesse\".
Capture écran du rapport du Bureau d'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre des trous dans la carlingue du vol MH17, perforée par des "projectiles à grande vitesse". (DCA)

Ce rapport était très attendu et ses conclusions sont précieuses. Le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), qui coordonne les équipes internationales, a livré mardi 9 septembre ses premières conclusions sur les causes du crash du vol MH17 en Ukraine qui a coûté la vie à 298 personnes le 17 juillet. Francetv info fait le point sur les principales révélations de ce document (en anglais)

Le Boeing a été perforé par de nombreux "projectiles"

La thèse d'un tir de missiles prend plus de poids après les premières conclusions de l'agence aérienne néerlandaise. "Un grand nombre de projectiles à haute vitesse ont pénétré dans l'avion depuis l'extérieur", ont conclu les enquêteurs après avoir examiné les boîtes noires de l'appareil, ainsi que des photos, des vidéos et d'autres données des autorités aériennes.

Capture d\'écran du rapport du Bureau d\'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre des trous dans la carlingue du vol MH17, causés par des \"projectiles à grande vitesse\".
Capture d'écran du rapport du Bureau d'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre des trous dans la carlingue du vol MH17, causés par des "projectiles à grande vitesse". (DCA / AFP)

Capture d\'écran du rapport du Bureau d\'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre plusieurs impacts dans la carlingue du Boeing.
Capture d'écran du rapport du Bureau d'enquête pour la sécurité néerlandais, qui montre plusieurs impacts dans la carlingue du Boeing. (DCA / AFP)
 

Une "enquête complémentaire" sera toutefois nécessaire avant la publication du rapport définitif, qui devrait être rédigé d'ici à l'été 2015, a précisé Sara Vernooij, porte-parole de l'OVV. Les enquêteurs néerlandais ne se sont, en effet, pas rendus sur le lieu du crash, estimant que leur sécurité n'était pas assurée dans l'est de l'Ukraine. Les rebelles pro-russes, accusés par Kiev d'avoir abattu le vol MH17, et l'armée ukrainienne s'y affrontent depuis plusieurs mois.

Une explosion à l'origine du crash

Ces projectiles ont provoqué "des dégâts structurels" sur la carlingue de l'avion, qui "s'est disloqué en vol", selon les enquêteurs. L'explosion a entraîné "la fin abrupte de l'enregistrement des données sur les boîtes noires, la perte de contact avec les contrôleurs aériens et la disparition simultanée de l'appareil sur les radars", a également indiqué l'OVV.

Pas de défaillance technique de l'appareil

Le rapport préliminaire de l'OVV confirme, par ailleurs, que le vol MH17 s'est déroulé "comme prévu" avant de prendre fin "de manière abrupte" quelques heures plus tard. Le Boeing de la Malaysia Airlines s'était envolé de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol peu après midi, en direction de Kuala Lumpur.

"Il n'y a aucune indication selon laquelle le crash a été causé par une défaillance technique, ou par les actions de l'équipage", qui était "qualifié et expérimenté", selon les enquêteurs.