Crash en Ukraine: les Etats-Unis accumulent les preuves contre les séparatistes prorusses

Washington a authentifié un enregistrement entre deux chefs rebelles et donné des précisions sur le missile, dimanche. 

Des rebelles prorusses gardent un des lieux où sont tombés les débris de l\'avion de la Malaysia Airlines, crashé dans l\'est de l\'Ukraine, le 20 juillet 2014.
Des rebelles prorusses gardent un des lieux où sont tombés les débris de l'avion de la Malaysia Airlines, crashé dans l'est de l'Ukraine, le 20 juillet 2014. (MAXIM ZMEYEV / REUTERS)

La confusion règne toujours autour des débris de l'appareil de la Malaysia Airlines qui s'est crashé, jeudi 17 juillet, dans l'est de l'Ukraine. Alors que les enquêteurs internationaux peinent à accéder sur les lieux du drame, les Etats-Unis chargent les rebelles prorusses, qui contrôlent la zone. 

Un entretien téléphonique authentifié

L'échange a été enregistré par les services de sécurité ukrainiens. Il est attribué à deux chefs séparatistes prorusses et prouverait que leurs hommes ont abattu un avion civil. Selon l'ambassade des Etats-Unis à Kiev, la bande a été authentifiée.

"Les données audio fournies à la presse par le service de sécurité ukrainien ont été examinées par des analystes de la communauté du renseignement qui ont confirmé qu'il s'agissait de conversations authentiques entre des leaders séparatistes connus, en se fondant sur la comparaison entre les enregistrements audio avec des enregistrements de séparatistes connus", martèle le communiqué. "Ce sont les gars du check-point Tchernoukhine qui ont abattu l'avion. Il s'est désintégré dans l'air", y rapporte notamment un des interlocuteurs.

L'ambassade américaine développe la thèse principale, "fondée sur plusieurs éléments", selon laquelle "le vol MH17 a été probablement abattu par un missile sol-air SA-11 (Bouk) tiré depuis le territoire contrôlée par les séparatistes dans l'est de l'Ukraine".

Une batterie de missiles fournie par Moscou

John Kerry a évoqué un "moment de vérité" pour le président russe VladimirPoutine, sommé d'user de son influence sur les séparatistes prorusses pour stabiliser la situation. "Il est assez clair qu'il s'est agi d'un système qui a été transféré de Russie et remis aux mains des séparatistes"prorusses en Ukraine, a souligné le secrétaire d'Etat américain expliquant qu'il existait "des preuves circonstancielles extraordinaires".

Il a cité à cet égard le fait que les Etats-Unis "savaient" sur la base d'images satellitaires d'où était parti le tir de missile et qu'ils "en connaissaient la trajectoire". Et d'ajouter : "Nous savons avec confiance que les Ukrainiens ne disposaient pas d'un tel système (de batterie de missiles) dans les environs à ce moment-là. Donc cela pointe clairement le doigt vers les séparatistes." 

Il a aussi révélé que les Etats-Unis avaient repéré le mois dernier, d'importants mouvements d'équipements lourds. "Il y a plusieurs semaines, un convoi d'environ 150 véhicules, comprenant des transports de blindés, des chars, des lanceurs et de l'artillerie lourde, est entré et a été transféré aux séparatistes", a-t-il poursuivi en martelant : "Nous savons qu'ils disposaient d'une batterie SA-11 dans les environs, littéralement quelques heures avant que l'avion n'ait été abattu."