Un dissident nord-coréen retrouvé avec "une quantité énorme de vers" dans le corps

Le soldat nord-coréen, qui a fui le régime de Pyongyang, a été examiné en Corée du Sud par des médecins. Ils ont retrouvé un ver de 27 cm dans ses intestins. Pour le spécialiste, la présence de ces vers est une preuve rare des conditions de vie difficile au pays de Kim Jong-un. 

Photo d\'illustration d\'un vers intestinal.
Photo d'illustration d'un vers intestinal. (JUAN GARTNER / SCIENCE PHOTO LIBRARY RF)

C'est l'histoire d'un transfuge qui se termine par du vermifuge. Au départ, le drame est évité de justesse : un soldat dissident de l'armée nord-coréenne se fait tirer dessus à plusieurs reprises alors qu'il traverse la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, rapporte BBC News (en anglais), vendredi 17 novembre. L'homme, blessé mais dans un "état stable", est examiné par des médecins sud-coréens, qui retrouvent dans son corps un "nombre énorme" de vers dans ses intestins.

"Je n'ai jamais rien vu de tel pendant mes vingt ans en tant que médecin", a déclaré le professeur sud-coréen Lee Cook-jong, précisant que le plus long vers prélevé mesurait 27 centimètres. Pour le spécialiste, la présence de ces vers est une preuve rare des conditions de vie en Corée du Nord. 

Les excréments humains utilisés comme engrais

Les êtres humains peuvent attraper ces parasites en mangeant des aliments contaminés, en étant mordus par un animal ou en étant en contact avec un parasite qui pénètre directement dans la peau. Pour les médecins, le transfuge nord-coréen a probablement ingéré des aliments contenant des vers.

"La Corée du Nord utilise encore des excréments humains comme engrais. Si ces excréments ne sont pas traités et sont utilisés sur des légumes destinés à être consommés crus, les parasites peuvent alors pénétrer dans la bouche et les intestins de la personne", décrit la BBC. Si certains vers sont sans danger pour la santé, d'autres peuvent être au contraire "très menaçants", précise le professeur Peter Preiser de l'école de biologie de l'université de Nanyang, à Singapour. 

Les vers consomment les nutriments du corps. Et même s'ils passent inaperçus, leur présence indique un mauvais état de santé. Les personnes qui ont des parasites ne sont pas en bonne santé.Peter PreiserUniversité de Nanyang

En 2015, des chercheurs sud-coréens ont étudié les dossiers médicaux de transfuges nord-coréens. Ils ont constaté qu'ils présentaient tous des taux plus élevés d'hépatite B chronique, d'hépatite C chronique et de tuberculose, par rapport aux résidents de Corée du Sud.

"La Corée du Nord est un pays très pauvre et comme tous les autres pays pauvres, elle a de graves problèmes de santé", a déclaré à la BBC le professeur Andrei Lankov de l'université Kookmin de Séoul. "En revanche, comparé à d'autres pays ayant un revenu par habitant similaire, les Coréens du Nord sont en meilleure santé que ce à quoi on pourrait s'attendre."