Séoul : entre colère et espoirs, les Sud-Coréens divisés sur le sommet intercoréen

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong-un se sont réunis pour un sommet historique vendredi. Une rencontre suivie de près par les Sud-Coréens.

Des habitants de Séoul, en Corée du Sud, suivent le sommet entre Moon Jae-in et Kim Jong-un, vendredi 27 avril.
Des habitants de Séoul, en Corée du Sud, suivent le sommet entre Moon Jae-in et Kim Jong-un, vendredi 27 avril. (JUNG YEON-JE / AFP)

Un somment historique s'est déroulée vendredi 27 avril au matin, à la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. À l'occasion d'un sommet historique pour la paix et la dénucléarisation de la péninsule, le chef d'État sud-coréen Moon Jae-in et son homologue nord-coréen Kim Jong-un ont signé un accord en plusieurs points.

Ils s’engagent notamment à une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne et à la signature, d’ici la fin de l’année, d'un accord pour remplacer l’armistice signé à la fin de la guerre de Corée. Alors que la télévision nord-coréenne ne dit pas un mot sur ce sommet, la Corée du Sud, elle, le diffuse largement. Que pensent les Sud-Coréens de cet accord ?

Rassemblement et écran géant à Séoul

De nombreux partisans de la réunification se sont rassemblés sur la place Ganghwamun, dans le centre de Séoul, la capitale sud-coréenne. "Je pense que cet accord était nécessaire, confie Kim Seung-sil, un manifestant de 35 ans. Il aurait même dû être signé plus tôt. Grâce au gouvernement [du président sud-coréen] Moon Jae-in, la réconciliation entre les deux Corées a commencé. J’espère que ce traité de paix nous mènera ensuite vers la réunification."

Un écran géant a été installé devant la mairie pour retransmettre le sommet. Parmi les spectateurs, une femme est venue avec ses deux enfants : "Je me suis dit que ça serait bien pour l’éducation de mes enfants de venir ici. [Cet accord] me donne beaucoup d’espoir et beaucoup d’émotions."

Cela apaise ma peur d’une guerre, et me laisse espérer la paix.Une habitante de Séoulà franceinfo

Tout le monde n’est pas non plus convaincu. À quelques pas du rassemblement, des membres d’une association anti-communiste manifestent leur colère. "En participant à ce sommet, notre gouvernement se laisse berner par la Corée du Nord", déplore ce militant de 84 ans. 

Moon Jae-in se contente d’obéir à Kim Jong-un, qui veut une réunification sous l’égide du communisme.Un manifestant anti-communiste à Séoulà franceinfo

Le sommet entre les deux dirigeants coréen divise les Sud-Coréens : un reportage de Frédéric Ojardias
--'--
--'--