Le neveu de Kim Jong-un qui étudie au Havre n'a pas disparu

Selon France 3 Haute-Normandie, des étudiants et le directeur du campus démentent l'information donnée par un quotidien chinois.

Capture d\'écran d\'une interview de Kim Han-sol, neveu de Kim Jong-un et étudiant en France. La vidéo a été postée en octobre 2012.
Capture d'écran d'une interview de Kim Han-sol, neveu de Kim Jong-un et étudiant en France. La vidéo a été postée en octobre 2012. (YOUTUBE / FRANCETV INFO)

La psychose s'est installée au sein des dignitaires nord-coréens depuis l'exécution de Jang Song-taek, l'oncle de Kim Jong-un et numéro deux du régime. Le South China Morning Post (en anglais) du lundi 16 décembre a ainsi annoncé la disparition du neveu du dirigeant nord-coréen, étudiant à Sciences Po Paris sur le campus du Havre (Seine-Maritime), depuis vendredi.

Mais il n'en est rien. Des étudiants du campus ont bien aperçu le jeune homme lundi selon nos confrères de France 3 Haute-Normandie. Une information confirmée par le directeur de l'établissement, qui affirme que l'étudiant suit bien une scolarité au Havre et qu'il n'a pas disparu.

En rupture avec son clan

Le quotidien chinois, qui citait un journal sud-coréen, expliquait que le nom de Kim Han-sol avait été effacé de la boîte aux lettres de son appartement du Havre entre vendredi et samedi. Soit deux jours après que Jang Song-taek a été fusillé. Un journaliste sud-coréen, envoyé sur place, a même frappé à la porte de sa chambre, mais personne n'a répondu. Les médias sud-coréens soupçonnaient l'étudiant de se cacher pour sa sécurité. Le jeune homme ne dispose pas de protection policière, selon une source policière contactée par nos confrères de France 3 Haute-Normandie. Qui, là encore, dément formellement la disparition.

Agé de 19 ans, Kim Han-sol est en rupture avec son clan. Il a ainsi qualifié son oncle de "dictateur", notamment dans une interview en vidéo relayée par Europe 1. Mais le jeune homme est surtout le fils de Kim Jong-nam, frère de Kim Jong-un, et mouton noir de la famille. Exilé en Chine, Kim Jong-nam a été élevé par Jang Song-taek, le numéro 2 de Pyongyang... fusillé jeudi pour corruption et complot.