Corée du Nord : le "traître" Jang Song-taek, oncle de Kim Jong-un, a été exécuté

C'est ce qu'a annoncé l'agence de presse KCNA, qui le qualifie de "méprisable pourriture humaine". 

Jang Song-taek (à droite), l\'oncle du numéro un nord-coréen Kim Jong-un, a été exécuté le 12 décembre 2013 à Pyongyang (Corée du Nord).
Jang Song-taek (à droite), l'oncle du numéro un nord-coréen Kim Jong-un, a été exécuté le 12 décembre 2013 à Pyongyang (Corée du Nord). (JASON LEE / REUTERS)

Il avait été arrêté en plein bureau politique, lundi. L'influent Jang Song-taek, l'oncle du numéro un nord-coréen Kim Jong-un, a été exécuté, jeudi 12 décembre, peu après avoir été condamné à mort par un tribunal militaire spécial. C'est ce qu'a annoncé l'agence officielle de presse KCNA. 

Cette dernière ne mâche pas ses mots envers celui qu'elle qualifie de "traître", de "méprisable pourriture humaine", "pire qu'un chien", révèle le Washington Post (en anglais), qui décortique le texte. 

"Extrêmement oisif et nonchalant"

Que reprochait Pyongyang à Jang Song-taek ? La Corée du Nord avait officiellement confirmé son limogeage, lundi, pour avoir commis "des actes criminels" et dirigé "une faction contre-révolutionnaire". Selon l'agence KCNA, Jang Song-taek entretenait des "relations inappropriées" avec les femmes et était devenu "affecté par le mode de vie capitaliste"

"Malade idéologiquement, extrêmement oisif et nonchalant, il consommait des drogues et gaspillait des devises étrangères dans les casinos alors qu'il était soigné à l'étranger aux frais du parti", détaille encore l'un des principaux canaux de la propagande du régime communiste, qui l'accuse aussi d'avoir "mollement applaudi" lors d'une réunion officielle.