La Corée du Nord teste deux missiles à courte portée

A peine arrivé au pouvoir après la mort de son père, Kim Jong-un montre qu'il devrait poursuivre dans le sillon militaire tracé par ses prédécesseurs.

Une réplique de missile nord-coréen brandi par des manifestants sud-coréens, en juin 2009, pour protester contre des tirs de missiles.
Une réplique de missile nord-coréen brandi par des manifestants sud-coréens, en juin 2009, pour protester contre des tirs de missiles. (KIM JAE-HWAN / AFP)

Une décision tout sauf anodine le jour de l'annonce de la mort du dirigeant Kim Jong-il. La Corée du Nord vient de réaliser, lundi 19 décembre, deux essais de missiles à courte portée (120 km) au large de sa côte est, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. 

Ces essais "ont été suivis de près par nos autorités militaires", a indiqué une source gouvernementale sud-coréenne anonyme. Yonhap cite également un responsable gouvernemental de Séoul selon lequel ces tirs n'avaient aucun rapport avec l'annonce de la mort de Kim Jong-il. Ce que n'a pas confirmé le ministère de la Défense sud-coréen.

L'armée sud-coréenne en état d'alerte

Séoul a aussitôt placé lundi son armée en état d'alerte et renforcé la surveillance de sa frontière ultra-sécurisée avec la Corée du Nord. Elle a également demandé à son allié américain, qui maintient 28 500 soldats sur son sol, d'accroître la surveillance par satellite et avion.

"Le plus grand danger à présent, c'est que Kim Jong-un ressente le besoin de démontrer sa légitimité par des essais nucléaires ou des provocations militaires", avance notamment Michael Green, du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington (Etats-Unis). Un besoin qu'il a, visiblement, déjà assouvi avec ses deux missiles.

Selon les spécialistes, Kim Jong-un devrait rester dans le sillon militaire tracé par son grand-père et son père : maintenir un contrôle serré sur une armée pléthorique et poursuivre le programme nucléaire militaire.

Pyongyang a de quoi faire six à huit bombes atomiques

La Corée du Nord est dotée d'une armée de 1,19 million d'hommes et d'un arsenal impressionnant d'armes conventionnelles et chimiques, dont des milliers de missiles à courte et moyenne portée. Pyongyang a aussi mené des tests de missiles à longue portée Taepodong, cherchant à se doter d'un vecteur théoriquement capable d'atteindre les Etats-Unis.

Selon la plupart des experts, le régime dispose en outre d'assez de plutonium pour fabriquer de six à huit bombes atomiques, bien que la capacité de la Corée du Nord à en équiper des missiles capables de frapper ses ennemis reste sujette à caution.