Cet article date de plus d'un an.

Colombie : au moins 24 morts et plus de 800 blessés dans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Colombie : au moins 24 morts et plus de 800 blessés dans les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre
FRANCEINFO
Article rédigé par
J. Debraux - franceinfo
France Télévisions

Vendredi 7 mai, en Colombie, des milliers de manifestants réclament toujours la démission du président Iván Duque, malgré une répression policière qui a fait 26 morts depuis le début des manifestations. 

À Bogotá, en Colombie, après plusieurs jours de violents affrontements, les noms des victimes de la répression policière contre les manifestants réclamant la démission du président Iván Duque s’affichent en lettres capitales au milieu des bougies, vendredi 7 mai. Des Colombiens, réunis par centaines dans le centre-ville de la capitale, sont venus leur rendre hommage et appeler au calme dans un pays endeuillé. "Nous voulons la vie, c’est pourquoi nous allumons des lumières. Nous sommes là pour tous les morts que cette grève nous a laissés", témoigne une jeune femme.  

Un projet de réforme à l’origine des manifestations 

 D’autres continuent de demander "un gouvernement qui écoute le peuple, tous les secteurs de manière égale, les étudiants, les paysans et les femmes". Le 28 avril 2021, c’est d’abord un projet de réforme fiscale sur de potentielles augmentations d’impôts en pleine crise sanitaire qui a mis le feu aux poudres, poussant de nombreux Colombiens dans la rue. Le gouvernement a fini par modifier son projet, mais le mouvement de protestation a pris de l’ampleur. Après neuf jours de tension et de violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, qui ont fait au moins 24 morts et plus de 800 blessés, le président a condamné les violences et appelé au dialogue. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.