Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Chine : 91 disparus après un impressionnant glissement de terrain

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
91 personnes sont toujours portées disparues lundi 21 décembre, dans une zone industrielle du sud de la Chine après un gigantesque glissement de terrain.
EVN
Article rédigé par
France Télévisions

La catastrophe a été provoquée, dimanche, par un amoncellement de déchets formé dans les environs de la ville de Shenzhen.

Une catastrophe impressionnante. Quatre-vingts personnes sont toujours portées disparues, lundi 21 décembre, dans une zone industrielle du sud de la Chine après un gigantesque glissement de terrain qui a enseveli une trentaine de bâtiments et provoqué une explosion de gaz, dimanche, vers 11h40.

Plus de 1 500 secouristes et 104 camions de pompiers sont à pied d'œuvre sur le site de la catastrophe, qui s'étend sur plusieurs hectares. Les témoins ont affirmé avoir vu une masse de terre et de boue rougeâtre s'abattre, dimanche, en fin de matinée, sur la zone de Shenzhen, une ville frontalière de Hong Kong, engloutissant habitations et usines. 

Une montagne de terre illégale

Des bâtiments se sont effondrés dimanche 20 décembre 2015, après un glissement de terrain dans la ville de Shenzhen (Chine). (MAXPPP)

Les causes de la catastrophe seraient d'origine humaine : une montagne de terre, issue de travaux de construction, détrempée par des pluies récentes aurait été accumulée illégalement sur une hauteur d'une centaine de mètres. Un travailleur, cité dimanche par l'agence Chine nouvelle, rapporte avoir vu la coulée de terre rouge et de boue "foncer vers le bâtiment" de son entreprise. "Heureusement, il n'a pas été touché et tout le monde dans notre entreprise a été évacué", grâce à la présence d'un étang qui a brisé l'élan du glissement de terrain, a-t-il ajouté.

Au total, trente-trois bâtiments ont été ensevelis, dont deux dortoirs réservés aux travailleurs, selon la télévision publique CCTV. Cependant, la plupart des personnes qui se trouvaient là ont pu être évacuées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.