Menace de rupture du barrage de Luoyang : Il faut réévaluer les normes de sécurité des barrages "à l'aune du changement climatique", analyse un chercheur

L'armée chinoise a mis en garde mardi contre le risque imminent de rupture d'un barrage dans le centre du pays, soumis à des pluies diluviennes qui ont fait au moins 25 morts.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des personnes regardent des voitures englouties par les eaux après les fortes pluies qui ont frappé la ville de Zhengzhou, dans la province centrale du Henan, en Chine, le 21 juillet 2021. (STR / AFP)

Il faut réévaluer les normes de sécurité des barrages "à l'aune du changement climatique", analyse Daniel Schertzer, professeur et directeur de la chaire "Hydrologie pour une Ville Résiliente" à l’École des Ponts ParisTech (anciennement École nationale des Ponts et Chaussées). L'armée chinoise a alerté mardi 20 juillet sur la présence d'une brèche de 20 mètres dans un barrage de la province du Henan, qui menace la ville de Luoyang et ses 7 millions d'habitants. L'armée est intervenue dans la nuit de mardi à mercredi pour déverser le trop plein d'eau et assure mercredi que la situation est "sous contrôle".

>> EN IMAGES. En Chine, des pluies diluviennes submergent le centre du pays

Des pluies torrentielles se sont abattues ces derniers jours sur le centre du pays. Au moins 25 personnes sont mortes dans le métro de la grande ville de Zhengzhou. Mercredi matin, pas moins de 200 000 habitants ont par ailleurs dû être évacués.

franceinfo : Comment a-t-on pu passer d'une situation d'effondrement du barrage à tout instant à une situation "sous-contrôle en seulement 24 heures ?

Daniel Schertzer : C'est l'appréciation des responsables locaux, mais il est difficile de juger avec des informations fragmentaires. Ce qui est clair, c'est que dans ce genre de circonstances, les gestionnaires ont intérêt à relâcher le plus possible d'eau tout en veillant à ne pas générer d'autres catastrophes en aval. Il se peut qu'ils aient des problèmes d'évacuateurs de crue, des dispositifs internes au barrage qui permettent de relâcher de l'eau très vite, et ce ne serait pas la première fois que ça arrive. C'est souvent dans ce genre de situations catastrophiques qu'on s'aperçoit que les évacuateurs de crue ne fonctionnent pas. Il y a un antécédent de brèche comme celle-ci refermée, aux États-Unis, où la brèche avait été comblée par des planches d'1,80 mètre qui avaient pu sauver le barrage, ça a suffi.

Est-ce qu'une rupture de barrage est déjà arrivée ?

C'est déjà arrivé il y a très longtemps en France au barrage de Malpasset à Fréjus [le 2 décembre 1959, la voûte du barrage de Malpasset en amont de Fréjus dans le Var se fissure, avant de céder. En quelques minutes, une vague de 40 mètres de haut avait déferlé dans la vallée du Reyran à 70 km/h dévastant campagnes et fermes. Elle a fait 423 morts].

Est-ce que les barrages, en Chine ou non, sont menacés par le dérèglement climatique et ces épisodes de plus en plus fréquents de pluies torrentielles ?

Effectivement, leurs normes de sécurité ont été établies sur des statistiques d'un temps d'avant le réchauffement climatique, au moment de leur construction, et on a maintenant des études pour savoir leur pertinence. On se pose beaucoup de questions. Il faut absolument réévaluer ces normes à l'aune des nouvelles conditions climatiques. Il faut ne pas relâcher les efforts de recherche, ça concerne à la fois des collectes d'informations, d'observations, leurs analyses. Il faut aussi développer de nouveaux modèles plus sophistiqués, que ce soit au niveau du climat ou de l'hydrologie, pour prévoir à l'avance les cas difficiles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.