La sortie de Mulan, le nouveau film de Disney, suscite l'indignation des défenseurs des Ouïghours

Le film de Disney, Mulan, sort vendredi en France, uniquement en streaming.  Il fait l'objet de plusieurs polémiques. Un des lieux de tournage ainsi que les remerciements accordés aux autorités chinoises sont jugés inacceptables par les soutiens de la minorité ouïghoure.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La sortie du film de Disney Mulan s'accompagne de plusieurs polémiques (illustration) (GREG BAKER / AFP)

Le film Mulan, remake du dessin animé de 1998 de Disney, sort en France vendredi 04 décembre. Cette sortie est programmée uniquement en streaming sur la plateforme Disney+. Avec ce film, Disney espère percer le marché chinois mais la production de la firme américaine suscite surtout de nombreuses polémiques.

C’est un des lieux de tournage qui provoque la colère des défenseurs des Ouïghours, une minorité turcophone et musulmane. Pendant quatre jours, Disney installe ses caméras et ses acteurs dans la région du Xinjiang, là où de nombreux Ouïghours sont internés dans des camps , "des centres de formation" selon le pouvoir chinois. La séquence ne dure que 78 secondes à l'écran mais Dihur Reyhan, présidente de l'Institut ouïghour d'Europe, est outrée. "Pour arriver depuis l'aéroport de Turpan jusqu'au lieu de tournage, ils passent clairement par des camps de concentration. Il y en a au moins sept, donc il est impossible qu'ils ne les voient pas. Et en plus de ça, ils remercient ces monstres qui enferment, qui torturent des millions de personnes", dénonce-t-elle.

Les intérêts économiques avant tout ? 

Ce sont en effet les remerciements dans le générique de fin qui ont aggravé la situation. Disney remercie le Parti communiste et les autorités locales du Xinjiang, autorités qui sont responsables de la gestion des camps ouïghours. Marie Holzman, spécialiste de la Chine, estime que Disney a fait son choix entre la morale et le profit. 

"C'est un peu le drame de l'Occident contre le pouvoir totalitaire. Petit à petit, nos valeurs sont érodées par ça."

Marie Holzman

à franceinfo

Pour cette spécialiste de la Chine, "Disney n'a pas voulu dire : 'On ne fera pas le film si vous ne vous laissez pas filmer comme on l'entend'", explique-t-elle. Ils ont été "obligés" d'accepter les conditions du pouvoir chinois. "C'est le problème de la dimension de la Chine. C'est une vieille histoire. Si chaque Chinois fume une de mes cigarettes, je suis milliardaire, dit-on. Donc Disney est dans cette logique-là. L'argent est à faire en Chine et pas ailleurs", poursuit la spécialiste.

Longtemps silencieux, le groupe Disney a fini par réagir dans un courrier. "Le Xinjiang a été choisi par souci d'authenticité avec la légende de Mulan. Et la liste des remerciements a été définie par la société chinoise partenaire qui a organisé le tournage."  L'Association française Solidarité ouïghoure a lancé une pétition en ligne pour demander l'arrêt de la diffusion du film. Toute publicité autour de Mulan reviendrait, selon elle, à cautionner les camps ouïghours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.