Hong Kong : pointeurs laser, cônes de chantier ou tickets de métro... Les astuces des manifestants pour faire face à la police

La mégapole traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Depuis le début des manifestations, il y a deux mois, certains protestataires ont recours à diverses techniques pour parasiter les moyens déployés par les forces de l'ordre.

Des manifestants recouvrent une bombe de gaz lacrymogène avec un cône de chantier lors d\'affrontements avec les forces de l\'ordre, le 28 juillet 2019 à Hong Kong.
Des manifestants recouvrent une bombe de gaz lacrymogène avec un cône de chantier lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, le 28 juillet 2019 à Hong Kong. (ANTHONY WALLACE / AFP)

A Hong Kong, des centaines de personnes se sont rassemblées, mercredi 7 août dans la soirée, afin d'agiter des pointeurs laser sur le dôme du musée de l'espace. Depuis le début de la contestation, il y a deux mois, ces faisceaux de lumière sont de plus en plus utilisés par les manifestants lors des face-à-face avec les forces de l'ordre, car ils permettent de perturber les caméras de surveillance et les dispositifs de reconnaissance faciale. Plus généralement, les manifestants ne manquent pas d'idées pour déjouer l'arsenal policier.

Les lasers pour perturber la vidéosurveillance

L'usage des lasers est à ce point répandue qu'un étudiant a été arrêté mardi dernier pour possession d'une "arme offensive" car il avait dix pointeurs sur lui. Cette interpellation avait provoqué une manifestation devant un commissariat, ensuite dispersée à coups de grenades lacrymogènes. Lors d'une conférence de presse, les forces de l'ordre ont ensuite dénoncé la dangerosité supposée de ces stylets, en pointant un laser sur un journal à une distance d'un mètre, jusqu'à l'apparition d'une fumée.

Les manifestants, pour leur part, ont accueilli avec ironie cette démonstration et multiplié les tentatives pour allumer des objets à l'aide de leurs pointeurs, avant de comptabiliser "d'innombrables" échecs.

Parapluies, cônes de chantier et bouteilles d'eau

Lors des manifestations, certains manifestants tentent de se protéger des tirs de gaz lacrymogène retranchés derrière des parapluies, quand d'autres déploient même des valises. Cette technique avait déjà été éprouvée lors des grandes manifestations de 2014. La contestation, à l'époque, avait d'ailleurs pris le nom de "révolution des parapluies".

Des manifestants se protègent des gaz avec des parapluies et des valises, le 5 août 2019 à Hong Kong.
Des manifestants se protègent des gaz avec des parapluies et des valises, le 5 août 2019 à Hong Kong. (ISAAC LAWRENCE / AFP)

Plus étonnant encore, certains protestataires casqués et équipés d'un masque se sont fait une spécialité de recouvrir les bombes lacrymogènes avec un cône de chantier en plastique, afin de contenir les effluves dans cette petite cheminée ouverte par le haut. Ensuite, ils y versent le contenu d'une bouteille de l'eau.

Des tickets de métro à usage unique

Les manifestants ont récemment bloqué le métro lors d'une action coup de poing menée dans le cadre d'une grève générale. La veille, certains avaient scotché des tickets à usage unique sur les distributeurs automatiques, car ces coupons ne permettent pas de remonter jusqu'à l'identité de l'usager. Des sacs de vêtements étaient également posés sur les appareils, selon un écrivain basé à Hong Kong, afin de permettre aux bloqueurs de changer rapidement d'apparence. Plus généralement, certains usagers préfèrent désormais éviter d'utiliser leur carte de transports classique afin que les autorités ne puissent pas retracer leur parcours.