Entreprises : l'eldorado chinois

32 000 Français ont fait le pari d'aller monter leur entreprise en Chine. Pourquoi ? Comment ? Les explications de France 2.

Voir la vidéo
France 2

Shanghaï, c'est la vitrine de la modernité chinoise. Une ville en mouvement qui attire toujours plus de Français en quête d'opportunités, comme Gaël, 38 ans, qui a monté une start-up, créé un prototype de skateboard électrique ultra-léger bientôt commercialisé. Il y a deux ans, il a fait le pari de la Chine.

Une bureaucratie qui freine les élans

Mais aujourd'hui, on vient ici pour travailler dans des domaines très pointus, loin d'une Chine main-d’œuvre bon marché. C'est un pays qui sait innover. Son entreprise florissante, Gilles Langourieux l'a créée il y a 10 ans et l'a installée dans un immeuble du centre-ville. Autour, il y a trois universités, qui forment des ingénieurs, dont l'une en forme davantage que toute la région parisienne. Fabrice de Buhan, lui, est venu en Chine étudiant. Sept ans plus tard, il fait fabriquer des chemises sur-mesure : c'est un autre exemple à qui la Chine sourit, mais tout n'est pas rose pour autant : il y a la langue, les coûts salariaux et la bureaucratie, qui se complexifie de plus en plus avec de nouvelles lois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les membres d\'une équipe chinoise de e-sport, une compétition de jeux vidéo, le 31 juillet 2014 à Shanghai (Chine).
Les membres d'une équipe chinoise de e-sport, une compétition de jeux vidéo, le 31 juillet 2014 à Shanghai (Chine). (ZHEJIANG DAILY / IMAGINECHINA / AFP)