Feux de forêts : les évacuations se poursuivent dans l'Ouest américain

Aux Etats-Unis, les pompiers combattent des brasiers si grands qu'ils génèrent désormais leur "propre climat", selon les experts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des images du "Bootlge fire" qui ravage une partie de l'Oregon aux Etats-Unis, le 14 juillet 2021. (JOHN HENDRICKS / OREGON OFFICE OF STATE FIRE MARSHAL / AP)

Des milliers de résidents ont fui les flammes, mercredi 21 juillet, dans l'ouest du Canada, où des centaines de militaires vont être déployés pour combattre ces incendies particulièrement violents et précoces cette année. La Colombie-Britannique a décrété lundi l'état d'urgence devant l'avancée des feux de forêt et plus de 5 700 personnes sont visées par un ordre d'évacuation.

Les forces armées canadiennes s'apprêtent à déployer 350 militaires supplémentaires en Colombie-Britannique et 120 au Manitoba, une province du centre du pays aussi aux prises avec d'importants foyers, selon le porte-parole de la Défense nationale, John Nethercott. En Ontario, quelque 75 militaires prêtent main forte aux pompiers locaux.

L'équivalent de Los Angeles parti en fumé

De l'autre côté de la frontière, aux Etats-Unis, les pompiers combattent des brasiers si grands qu'ils génèrent désormais leur "propre climat", selon les experts. Près de 80 immenses feux ravagent en ce moment des centaines de milliers d'hectares dans plusieurs Etats de l'Ouest. Le plus impressionnant est toujours le "Bootleg Fire", dans l'Oregon, qui a brûlé en deux semaines l'équivalent de la ville de Los Angeles en végétation et forêts.

Dans l'Etat voisin de Californie, plusieurs villages ont dû être évacués face à la progression des flammes du "Dixie Fire", un incendie qui pourrait avoir été provoqué par la chute d'un arbre sur des lignes électriques d'un gros fournisseur d'électricité Pacific Gas and Electric.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.