Canada : le dernier suspect des attaques à l'arme blanche est mort après son arrestation

Les policiers traquaient depuis dimanche Myles Sanderson, 32 ans. Il est soupçonné d’avoir tué dix personnes avec son frère.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La gendarmerie royale du Canada la recherche d'indices, le 7 septembre 2022, dans la province de la Saskatchewan (Canada). (LARS HAGBERG / AFP)

Le crime. Le second suspect des attaques qui ont fait dix morts et 18 blessés dans une communauté autochtone du centre du pays est mort après avoir été interpellé, mercredi 7 septembre. "Peu après son arrestation, Myles Sanderson est entré en détresse médicale", a expliqué à la presse la commissaire adjointe de la Gendarmerie royale du Canada, Rhonda Blackmore, sans donner plus d'explication sur ce malaise.

En fin d'après-midi, la police de la province avait annoncé son arrestation sur Facebook : "Myles Sanderson a été localisé et placé en garde à vue près de Rosthern, en Saskatchewan, vers 15h30". L'homme de 32 ans, qui était armé d'un couteau, a été repéré après avoir volé une voiture, dans une zone située à une centaine de kilomètres des lieux du crime. Connu des services de police et de la justice pour de multiples faits de violence et des vols, Myles Sanderson était déjà recherché depuis mai dernier pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire. Pendant quatre jours, la police a multiplié les alertes et prévenu la population de la dangerosité du suspect.

Son frère retrouvé mort lundi

Le corps de son frère, Damien Sanderson, avait lui été retrouvé, lundi, lardé de plusieurs coups de couteau à proximité des lieux des crimes. Les circonstances de sa mort restent à éclaircir, mais il pourrait avoir été tué par son frère, selon la police.

Des centaines de policiers ont traqué les deux hommes pendant plusieurs jours. Tous les deux sont soupçonnés d'être responsables de ces attaques qui ont visé une communauté autochtone à James Smith Cree Nation et dans la ville voisine de Weldon, dans la Saskatchewan, grande province rurale très peu peuplée du centre-ouest du pays. 

Il s'agit de l'une des agressions les plus meurtrières dans le pays ces dernières années. "Maintenant que Myles est décédé, nous ne pourrons peut-être jamais comprendre ses motivations", a ajouté Rhonda Blackmore précisant que plus de 120 entretiens avec des proches ou des témoins avaient déjà été menés sans que cela ne permette d'éclairer le passage à l'acte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.