Incendies en Amazonie : "Notre maison brûle, littéralement", s'alarme Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat invite les membres du G7 à  "parler de cette urgence" ce week-end lors du sommet de Biarritz.

Un feu dans la forêt amazonienne, photographié le 17 août près de la ville d\'Humaita (Brésil).
Un feu dans la forêt amazonienne, photographié le 17 août près de la ville d'Humaita (Brésil). (UESLEI MARCELINO / REUTERS)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"C'est une crise internationale", met en garde Emmanuel Macron. Le président français a lancé un cri d'alarme sur Twitter, jeudi 22 août, à propos des incendies qui ravagent la forêt amazonienne depuis plusieurs jours. "Notre maison brûle. Littéralement", a écrit le chef de l'Etat sur le réseau social, reprenant à son compte la formule – devenue célèbre – prononcé par Jacques Chirac lors du sommet de la Terre à Johannesburg en 2002.

"L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu", a souligné Emmanuel Macron. Dans son tweet, également rédigé en anglais, le chef de l'Etat donne "rendez-vous" aux membres du G7 "pour parler de cette urgence".

Le secrétaire général de l'ONU "profondément préoccupé"

Avec cette déclaration, Emmanuel Macron rejoint le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui s'est dit "profondément préoccupé" par les incendies en Amazonie, après la dénonciation par le président brésilien Jair Bolsonaro d'une "psychose environnementale" au sujet de ces feux.

Si la situation dans la plus vaste forêt tropicale de la planète est très difficile à évaluer, l'Institut national de recherche spatiale (INPE) a fait état de près de 2 500 nouveaux départs de feu en l'espace de seulement 48 heures dans l'ensemble du Brésil. D'après l'INPE, 75 336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu'au 21 août, soit 84% de plus que sur la même période de l'an dernier. Selon un collectif d'ONG, 54% de ces feux concernent l'Amazonie.