Cet article date de plus d'onze ans.

Bill Gates et Warren Buffet souhaitent que les riches donnent la moitié de leur fortune à des petits gabarits

Bill Gates, ancien propriétaire de Microsoft et Warren Buffet, à la tête de la compagnie d'investissement Hataway ont souhaité mercredi que leurs pairs millionnaires et milliardaires donnent la moitié de leur fortune à des oeuvres de charité.Les deux milliardaires sont déja impliqués dans ce type de dons.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Warren Buffet, président de Berkshire Hataway (AFP - Mario Tama)

Bill Gates, ancien propriétaire de Microsoft et Warren Buffet, à la tête de la compagnie d'investissement Hataway ont souhaité mercredi que leurs pairs millionnaires et milliardaires donnent la moitié de leur fortune à des oeuvres de charité.

Les deux milliardaires sont déja impliqués dans ce type de dons.

A en croire Bill Gates et Warren Buffett, un tel geste, s'il se concrétisait, changerait radicalement la face de la philanthropie.

Déjà très impliqué dans le domaine caritatif à travers la Fondation Bill et Melinda Gates qu'il dirige avec son épouse, le fondateur de Microsoft propose que la barre des 50% ne soit qu'un "palier".

Selon le magazine Forbes, Bill Gates et Warren Buffett occupent respectivement la deuxième et la troisième place dans le classement des personnes les plus fortunées au monde.

M. Buffett, qui, à 79 ans, dispose d'une fortune estimée à 47 milliards de dollars, a pour sa part promis de se défaire de "99% de (son) capital pour en faire don à des oeuvres philanthropiques de (son) vivant ou à (sa) mort".

Le magazine Fortune révèle que d'autres couples de millionnaires ou milliardaires ont adhéré à ce projet. Il s'agit d'Eli Broad, le cofondateur de la société d'immobilier Kaufman & Broad, et son épouse Edy, ou encore l'ancien patron de Cisco Systems John Morgridge et son épouse Tashia. Ils ont promis de faire don de la moitié de leur fortune.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.