Biélorussie : Alexandre Loukachenko nie toute implication dans la mort d'un dissident en Ukraine

Le président biélorusse s'en est également pris à la sprinteuse Krystsina Tsimanouskaya, réfugiée en Pologne après avoir critiqué les responsables sportifs de son pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, lors d'une conférence de presse au palais de l'Indépendance, à Minsk (Biélorussie), le 9 août 2021. (BELTA / AFP)

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a démenti, lundi 9 août, toute implication de son pays dans la mort suspecte de Vitali Chychov, un dissident exilé qui a été retrouvé pendu dans un parc de Kiev (Ukraine), le 3 août. Il était à la tête d'une ONG chargée d'aider les Biélorusses en exil et son organisation a accusé le régime d'Alexandre Loukachenko d'être responsable de son assassinat.

"Chychov, mais c'est qui pour moi ou pour la Biélorussie ? (...) Ce n'est personne pour nous, qui serait allé le pendre ?" a lancé le dirigeant biélorusse lors de sa conférence de presse annuelle. La police ukrainienne a dit étudier deux pistes, celle d'"un suicide et celle d'un meurtre déguisé en suicide".

Le président Loukachenko s'en est aussi pris à la sprinteuse biélorusse Krystsina Tsimanouskaya, qui a dit avoir échappé à un rapatriement forcé des Jeux olympiques de Tokyo, après avoir critiqué les responsables sportifs de son pays. "Elle n'aurait jamais fait cela seule, elle a été téléguidée par ses copains polonais", a-t-il commenté. La jeune femme, qui dit craindre la prison dans son pays, se trouve désormais en Pologne, Etat voisin de la Biélorussie et fervent soutien de l'opposition exilée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biélorussie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.