Cet article date de plus de cinq ans.

Chine : deuxième alerte rouge à la pollution en deux semaines à Pékin

La capitale chinoise suffoque à nouveau, samedi, sous un épais brouillard toxique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passants portent des masques pour se protéger de la pollution à Pékin (Chine), le 14 décembre 2015. (GREG BAKER / AFP)

Pékin suffoque à nouveau sous un épais brouillard toxique. Une nouvelle alerte rouge à la pollution a été déclenchée dans la capitale chinoise, samedi 19 décembre. C'est la deuxième fois en à peine deux semaines que le niveau maximal est déclenché à Pékin.

Décrétée vendredi 18 décembre, cette nouvelle "alerte rouge est entrée en vigueur samedi à l'aube et persistera jusqu'à mardi", a indiqué le Bureau municipal en charge de l'environnement. Les autorités ont ordonné des fermetures d'usines et la mise en place d'une circulation alternée pour les véhicules privés, afin de limiter l'expansion du smog. Les écoles seront en outre fermées en début de semaine.

Les habitants se calfeutrent chez eux

La densité de microparticules PM 2,5, particulièrement dangereuses pour la santé, dépassait samedi 200 microgrammes par mètre cube, selon les niveaux de référence mesurés par l'ambassade américaine. Soit très au-dessus du plafond maximal recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé, fixé à 25 microgrammes pour une exposition de ving-quatre heures.

"Est-ce que cette ville est encore habitable?", se désolait un internaute sur Weibo. Comme lui, de nombreux usagers du réseau social chinois se disaient inquiets pour leur santé, samedi. Plusieurs ont expliqué qu'ils passeraient le week-end calfeutrés chez eux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution en Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.