Philippines : une fusillade dans une université à Manille fait trois morts

Après avoir pris la fuite, le tireur présumé a été arrêté par la police et placé en détention.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers patrouillent sur les lieux d'une fusillade dans une université de Manille, aux Philippines, le 24 juillet 2022.  (MARIA TAN / AFP)

Trois personnes ont été tuées dimanche 24 juillet lors d'une fusillade dans une université de la capitale philippine, Manille. L'incident s'est produit à l'université Ateneo de Manille alors que des étudiants en droit et leurs familles arrivaient pour une cérémonie de remise de diplômes. Le président Ferdinand Marcos Jr s'est dit choqué par le drame et a déclaré que les forces de l'ordre allaient "enquêter de manière approfondie et rapide sur ces meurtres et traduire toutes les personnes impliquées en justice".

Une ancienne élue Rose Furigay, dont la fille figurait parmi les diplômés, a été tuée, a déclaré Joy Belmonte, maire de l'agglomération où s'est déroulée la fusillade. L'assistant de l'édile tuée et un agent de sécurité de l'université sont également morts. La fille de l'ancienne élue a été blessée et se trouve dans un "état stable" à l'hôpital, selon la police. "Nous sommes très désemparés et endeuillés par cet événement", a déclaré Joy Belmonte. 

"Assassin déterminé"

Le tireur présumé a d'abord réussi à prendre la fuite avant d'être arrêté et placé en détention. La police a retrouvé deux armes de poing et un silencieux supposément utilisés par le suspect. L'homme, selon la police, a une "longue histoire" de litiges avec Rose Furigay. Il était en liberté sous caution pour une affaire de cybercriminalité. "Il semble s'agir d'un assassin déterminé", a déclaré à la presse le brigadier Remus Medina, estimant qu'il s'agit d'un incident "isolé". L'université a annulé la cérémonie de remise des diplômes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.