Les coulisses du plus grand cimetière de bateaux du monde

France 2 s'est rendu dans le plus grand cimetière de bateaux du monde, au Bangladesh. Une jungle de métaux et de produits toxiques sont recyclés dans des conditions extrêmes.

FRANCE 2

Chittagong, la deuxième ville du Bangladesh et premier port du pays, accueille les bateaux qui viennent mourir quand personne ne sait plus quoi en faire. Sur plus de 13 kilomètres, carcasses désossées et icebergs d'acier se succèdent à perte de vue. Les monstres marins en fin de vie proviennent d'Allemagne, de Singapour et même de France.

La tonne d'acier est vendue 400 dollars au Bangladesh. Les acheteurs sont des hommes d'affaires qui vont tout recycler à bas coût. Au Bangladesh, 60% de l'acier consommé vient des chantiers de Chittagong. De nombreux militants dénoncent les conséquences écologiques et humaines de ce chantier.

Des conditions de travail déplorables

Une équipe de France 2 est montée clandestinement à bord d'une épave, un remorqueur en haute mer. Il contient plus de 1 000 tonnes de rouille et d'acier et est rempli de produits toxiques. À l'avant du bateau, les ouvriers s'occupent du démantèlement, pieds nus et sans protection. Parmi eux se trouvent même des enfants, une pratique pourtant illégale au Bangladesh sur ce type de chantier. "Nos parents, dans le nord du pays, n'avaient pas d'argent. C'est pour cela qu'on est venus ici pour travailler", témoigne l'un d'eux au micro de France 2. D'après l'ONU, il s'agit d'un des métiers les plus dangereux du monde.

Le JT
Les autres sujets du JT