Cet article date de plus de trois ans.

Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a (encore) fait une (très mauvaise) blague sur le viol

Le président philippin a expliqué l'augmentation du nombre de viols dans une ville par la beauté des femmes locales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président des Pihilippines, Rodrigo Duterte, le 8 août 2018. (TED ALJIBE / AFP)

Le sulfureux président philippin a encore défrayé la chronique. Vendredi 31 août, Rodrigo Duterte s'est rendu dans la ville de Davao, dont il a été maire pendant plus de quinze ans, pour évoquer la criminalité. "Ils disent qu'il y a de nombreux viols à Davao. Tant qu'il y aura un grand nombre de belles femmes, il y aura plus de cas de viol", a alors déclaré le président des Philippines, selon le New York Times. Des associations féministes ont vivement dénoncé ces propos.

Un habitué des "blagues" sur le viol

Pendant la campagne présidentielle de 2016, déjà, il plaisantait sur le viol et le meurtre d'une religieuse australienne par des prisonniers à Davao, sa ville, en 1989. "J'étais en colère qu'ils l'aient violée, mais elle était si belle. Je me suis dit : 'Le maire aurait pu passer en premier'."  L'association féministe Women against Duterte avait alors déposé une plainte pour apologie du viol auprès de la Commission des droits de l'homme des Nations unies. Dans un discours à des militaires en 2017, il avait aussi dit que les soldats pourraient violer sans être inquiétés, relève Slate.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.