Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Htin Kyaw: président à plein temps ou doublure d'Aung San Suu Kyi ?

Le président Htin Kyaw, premier dirigeant birman à n'avoir aucun lien avec l'armée depuis plus d'un demi-siècle, a prêté serment mercredi 30 mars 2016 devant le Parlement dominé par les élus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi. La «dame de Rangoun» ne pouvait pas se présenter à la présidentielle.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président Htin Kyaw (à gauche), premier dirigeant birman à n'avoir aucun lien avec l'armée depuis plus d'un demi-siècle, a prêté serment mercredi 30 mars 2016 devant le Parlement dominé par les élus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi (au centre). La «dame de Rangoun», dont le parti a remporté une victoire écrasante lors des législatives de novembre, a confié à ce proche la charge de diriger le pays, étant elle-même tenue à l'écart de la fonction suprême par la Constitution rédigée par l'ancienne junte militaire.  (ROMEO GACAD / AFP)
Htin Kyaw et Aung San Suu Kyi Le président Htin Kyaw (à gauche), premier dirigeant birman à n'avoir aucun lien avec l'armée depuis plus d'un demi-siècle, a prêté serment mercredi 30 mars 2016 devant le Parlement dominé par les élus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi (au centre). La «dame de Rangoun», dont le parti a remporté une victoire écrasante lors des législatives de novembre, a confié à ce proche la charge de diriger le pays, étant elle-même tenue à l'écart de la fonction suprême par la Constitution rédigée par l'ancienne junte militaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.