Attentats à Christchurch : le Conseil français du culte musulman porte plainte contre Facebook et YouTube pour avoir diffusé la vidéo du massacre

Le CFCM poursuit les deux plateformes pour "diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d'être vu ou perçu par un mineur".

Des hommages rendus près de la mosquée Linwood après l\'attentat à Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019.
Des hommages rendus près de la mosquée Linwood après l'attentat à Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019. (ANTHONY WALLACE / AFP)

La vidéo de la tuerie avait fait le tour du monde. Le Conseil français du culte musulman a annoncé, lundi 25 mars, qu'il portait plainte contre Facebook et YouTube pour avoir diffusé la vidéo des attentats à Christchurch (Nouvelle-Zélande). Vendredi 15 mars, un terroriste d'extrême droite avait tué 50 personnes de confession musulmane rassemblées dans deux mosquées de la ville.

Le Conseil français du culte musulman poursuit les branches françaises des deux plateformes pour "diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d'être vu ou perçu par un mineur", selon la plainte envoyée au procureur de la République de Paris, dont une copie a été transmise à l'AFP.

Dix-sept minutes d'horreur diffusées en direct

Brenton Tarrant, l'auteur du massacre, avait diffusé les images de l'attaque en direct et pendant 17 minutes sur Facebook. Environ 1,2 million de ces vidéos ont été ensuite bloquées au moment de leur téléchargement, a précisé le réseau social, le 17 mars. Toutes les versions de la vidéo éditées pour masquer les images les plus violentes ont aussi été supprimées, a déclaré Facebook, disant vouloir ainsi respecter les personnes touchées par la tragédie et les inquiétudes des autorités locales.