Al-Qaïda annonce la création d'une nouvelle branche en Inde

Le successeur de Ben Laden, Ayman Al-Zawahiri, l'a annoncé dans une vidéo diffusée mercredi.

Le leader d\'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, dans une vidéo diffusée le 26 octobre 2012.
Le leader d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, dans une vidéo diffusée le 26 octobre 2012. (SITE INTELLIGENCE GROUP / AFP)

Al-Qaïda en Inde. Le chef du réseau, Ayman Al-Zawahiri, a annoncé dans une vidéo diffusée mercredi 3 septembre la création d'une nouvelle branche du mouvement islamiste radical sur le sous-continent indien. Dans cette vidéo, Zawahiri affirme que cette branche entend "anéantir les frontières artificielles" qui divisent les musulmans dans cette région, selon le site américain de surveillance SITE.

La nouvelle entité d'Al-Qaïda, déjà actif en Afghanistan et au Pakistan, veut faire renaître un califat, c'est-à-dire un territoire sous l'autorité d'un calife, successeur du prophète musulman Mahomet, en Birmanie, au Bangladesh et dans certaines parties de l'Inde. Cette nouvelle branche est nommée en anglais "Qaedat al-Jihad in the Indian Subcontinent" ("Al-Qaïda en guerre sainte sur le sous-continent indien").

Revenir sous les feux des projecteurs

Elle s'est constituée par le regroupement, depuis deux ans, de combattants qui dépendront de l'autorité du Pakistanais Assim Oumar, lui même subordonné au chef des talibans afghans, le mollah Mohammed Omar. Cette entité islamiste entend "lever le drapeau de la guerre sainte, rétablir la loi islamique, et instaurer la charia d'Allah à travers le sous-continent indien, qui faisait auparavant partie des terres musulmanes, jusqu'à ce que l'ennemi infidèle l'occupe, le fragmente et le divise".

Depuis la mort de Ben Laden, les activités d'Al-Qaïda ont été éclipsées par la proclamation fin juin par un autre réseau, celui de l'Etat islamique (EI), d'un califat sur des territoires à cheval sur la Syrie et l'Irak. En lançant cette branche, dans une vidéo où il s'exprime en partie en arabe et en partie en ourdou, sans doute pour s'adresser à sa base au Pakistan, Zawahiri tente de revenir sous les feux des projecteurs.