Arménie : plusieurs interpellations lors d'une manifestation contre l'accord sur le Haut-Karabakh

Des bousculades et des empoignades ont éclaté lorsque la police a tenté d'arrêter des manifestants qui s'opposaient au Premier ministre, Nikol Pachinian, accusé d'avoir capitulé face à l'Azerbaïdjan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers arrêtent des manifestants qui défilent à Erevan, en Arménie, contre l'accord de fin des hostilités dans le Haut-Karabakh, le 11 novembre 2020.  (ILIYA PITALEV / SPUTNIK / AFP)

L'accord de cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh provoque des tensions en Arménie. A Erevan, la police a arrêté, mercredi 11 novembre, plusieurs manifestants d'opposition qui se rassemblent par centaines à dans la capitale, malgré une interdiction de ses rassembler. Ces manifestants dénoncent l'accord de fin des hostilités dans le Haut-Karabakh, qui entérinent une victoire de l'Azerbaïdjan.

"Vous ne pourrez pas arrêter tout le pays !" a crié au mégaphone le député du parti Arménie prospère, Arman Abovian, tandis que la foule réunie dans le centre de la capitale scandait des slogans dénonçant le Premier ministre, Nikol Pachinian, accusé d'avoir capitulé.

Des responsables politiques ont été interpellés, notamment le chef d'Arménie prospère, Gagik Tsaroukian, ainsi que des protestataires, le rassemblement étant interdit du fait de la loi martiale en vigueur. Des bousculades et des empoignades ont éclaté lorsque la police a tenté d'arrêter d'autres opposants qui voulaient s'adresser à la foule d'un millier de personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.