Cet article date de plus de sept ans.

Lycéennes nigérianes : la mobilisation de Michelle Obama détournée en campagne anti-drones

La Première dame des Etats-Unis avait posté une photo d'elle sur Instagram, avec ce message : "Ramenez-nous nos filles." 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michelle Obama pose à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), avec un message en faveur des lycéennes enlevées au Nigeria.  (DR)

De la secte islamiste Boko Haram aux drones américains. La mobilisation de Michelle Obama pour les lycéennes enlevées au Nigeria a été détournée sur les réseaux sociaux en campagne anti-drones, comme le rapportent plusieurs médias américains, dont le site Buzzfeed (en anglais), mercredi 14 mai.

La Première dame des Etats-Unis avait posté une photo d'elle sur Instagram, avec le mot-clé #Bringbackourgirls ("Ramenez-nous nos filles").

Michelle Obama pose à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), avec un message en faveur des lycéennes enlevées au Nigeria.  (DR)

Le Pentagone a en outre annoncé, mercredi, que l'armée américaine utilisait des drones de surveillance au Nigeria pour aider aux recherches des plus de 200 lycéennes enlevées.

Des internautes ont ainsi détourné la photo de Michelle Obama, modifiant son message pour dénoncer l'usage militaire de drones par les Etats-Unis dans différents pays, comme au Pakistan. Sur ce tweet, par exemple, il est écrit : "Votre mari a tué plus de filles musulmanes que Boko Haram ne le pourra jamais." Le hashtag #Bringbackourgirls devient #Wecan'tbringbackourdead ("Nous ne pouvons pas ramener nos morts").

D'autres ont directement retouché le message de la Première dame à l'aide de Photoshop. "Arrêtez les drones meurtriers", peut-on lire sur la photo accompagnant ce tweet :

La photo et le message de la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, qui s'est elle aussi mobilisée pour les lycéennes nigérianes, ont également été détournés. Un internaute fait dire à l'adolescente, qui a survécu à une attaque des talibans : "Si j'avais été blessée par une attaque de drone d'Obama, vous ne connaîtriez pas mon nom."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.