Equateur : un mort et 18 policiers "disparus" après l'attaque d'un commissariat par des manifestants

Le pays est secoué depuis dix jours par une mobilisation des communautés indigènes, notamment contre la hausse des prix du carburant.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un manifestant fait face à des policiers à Quito, en Equateur, le 22 juin 2022. (VERONICA LOMBEIDA / AFP)

De nouvelles violences émaillent les manifestations indigènes en Equateur. Quelque 18 policiers sont portés "disparus" après l'attaque d'un poste de police dans l'est de l'Equateur mardi soir, a annoncé le ministre de l'Intérieur mercredi 22 juin.

Selon le responsable, une foule a attaqué et incendié un poste de police de la ville de Puyo, dans la province amazonienne de Pastaza, dans l'est du pays. Les agents se trouvaient encore sur place. "Six policiers ont été grièvement blessés, trois sont retenus en otages et 18 policiers sont portés disparus", a précisé le ministre, qui a ajouté que la succursale d'une banque avait également été incendiée.

Près de 10 000 manifestants selon les autorités

Un manifestant a aussi été tué lors de ces violences. La police affirme qu'il a "manipulé un engin explosif", quand une ONG explique qu'il a été "touché au visage, apparemment par une grenade de gaz lacrymogène""Une fois de plus, nous lançons un appel public au dialogue", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Le pays est secoué depuis dix jours par une mobilisation des communautés indigènes contre la hausse des prix du carburant, le manque d'emplois et l'octroi de concessions minières dans les territoires autochtones. Ces rassemblements ont tourné à la violence mardi, alors que les indigènes arrivés ces derniers jours de la périphérie ont investi le centre de la capitale. Ils seraient autour de 10 000, selon les autorités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.