Colombie : l'ONG Human Rights Watch dénonce des "abus très graves" de la police lors des manifestations

L'ONG de défense des droits humains accuse les forces de l'ordre d'être impliquées dans la mort de 16 personnes depuis le début des manifestations contre le gouvernement d'Ivan Duque.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier fait face à des manifestants à Medellín (Colombie), le 2 juin 2021. (JOAQUIN SARMIENTO / AFP)

Human Rights Watch (HRW) s'inquiète de la situation en Colombie. L'ONG de défense des droits humains a dénoncé, mercredi 9 juin, des "abus très graves" de la police colombienne depuis le début des manifestations contre le gouvernement, le 28 avril. L'ONG Human Rights Watch a précisé, dans un rapport, que 16 des morts ont été touchés par des coups de feu tirés avec l'intention de "tuer" par des policiers.

Le gouvernement "devrait adopter des mesures urgentes pour protéger les droits humains et initier une profonde réforme policière pour garantir que les agents respectent le droit de réunion pacifique, et que les responsables d'abus soient traduits en justice", a souligné HRW dans ce rapport qui devait être présenté mercredi au président Ivan Duque, qui a promis de réformer la police.

Des "dénonciations crédibles" concernant 34 morts

Le directeur de HRW pour les Amériques, José Miguel Vivanco, a déclaré lors d'une conférence de presse virtuelle avoir reçu des "dénonciations crédibles" concernant 34 morts durant les manifestations, dont 20 apparemment causées par des policiers.

Depuis le 28 avril, la Colombie est secouée par un mouvement de protestation contre le gouvernement de droite du président Ivan Duque et son projet de réforme fiscale. Les manifestants font face, dans certaines villes, à une forte répression, qui a fait des dizaines de morts et plusieurs centaines de blessés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.