VIDÉO. Changement climatique : "On ne peut pas revenir en arrière, on peut simplement essayer de limiter la casse", prévient Nicolas Hulot

Nicolas Hulot craint que les objectifs fixés par l'accord de Paris sur le climat ne soient pas respectés.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"On ne peut pas revenir en arrière, on n'a que trop tardé" en matière d'écologie, a alerté Nicolas Hulot, président d'honneur de la Fondation pour la nature et pour l'Homme, invité de franceinfo mercredi 29 janvier. "On peut jouer simplement sur l'ampleur des conséquences" du changement climatique, "on peut essayer de limiter la casse, mais le coup est parti", a-t-il prévenu.

"Ce qui se passe en Amazonie, ce qui se passe en Australie, ce qui s'est passé en Sibérie, ce qui s'est passé récemment en Indonésie, montrent malheureusement que les conséquences du changement climatique on doit déjà les subir", a ajouté l'ancien ministre, craignant que les objectifs fixés par l'accord de Paris sur le climat ne soient pas respectés.

On voit bien que les Accords de Paris, un peu comme je le craignais, qui n'étaient pas un accord contraignant, sont restés pour beaucoup d'Etats un vœu pieux.

Nicolas Hulot

à franceinfo

"Malheureusement, nous n'avons même pas incliné à l'échelle mondiale la tendance des émissions de gaz à effet de serre", a-t-il souligné. Ce texte de 2015 vise à limiter le réchauffement de la planète sous les +2°C par rapport à l'ère préindustrielle.

"On a un peu tendance à s'habituer au tic-tac des bombes à retardement, a estimé Nicolas Hulot. On a quand même une bombe à retardement qui est en train de nous exploser à la figure et l'humanité continue à avoir ses rivalités traditionnelles, ses priorités habituelles, au moment où on devrait additionner nos moyens, nos économies" et "sortir de l'intégrisme économique."

Nicolas Hulot, sur franceinfo, le 29 janvier 2020.
Nicolas Hulot, sur franceinfo, le 29 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)