Tunisie : dix ans après la révolution, le peuple continue de faire entendre son mécontentement

En janvier 2011, la révolte frappait de plein fouet la Tunisie. Le mouvement a fait basculer le gouvernement en place. Dix ans plus tard, le pays reste en crise et les mêmes manifestants continuent de se battre.

France 2

Sadoua Bouaziz était déjà le 15 janvier 2011 lors d’une manifestation devant une prison de Kasserine (Tunisie). Le pouvoir en place avait finalement cédé face à la révolution tunisienne. Mais dix ans plus tard, cette militante continue de vivre dans un pays en grande difficulté. "La Tunisie est en crise depuis la révolution et c’est de pire en pire. Quand il y a une révolte des citoyens et des chômeurs, l’État les embauche et comme ça, il calme le jeu", explique-t-elle.

Les victimes réclament un statut de martyr de la révolution

Wael Karrasi fait également partie de ceux qui manifestaient à Kasserine en 2011. Touché par un tir de sniper, il a perdu une jambe. L’État lui a proposé un poste de standardiste mais, comme beaucoup de ces compatriotes, il réclame un statut de martyr de la révolution. Il a entamé une grève de la faim et dénonce la corruption qui frappe le pays à ses yeux. "J’ai un sentiment de honte. Je suis déçu parce que tout ce que l’on a fait pour la révolution est en train d’être volé par les profiteurs", juge-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des habitants de la région de Sidi Bouzid manifestent devant le palais du gouvernement à Tunis, le 23 janvier 2011.
Des habitants de la région de Sidi Bouzid manifestent devant le palais du gouvernement à Tunis, le 23 janvier 2011. (FETHI BELAID / AFP)