Gambie : un porte-flingue de l'ancien dictateur Yahya Jammeh jugé en Allemagne pour l’assassinat de plusieurs opposants

L'Allemagne fait comparaître l'accusé au nom du principe de la "compétence universelle" qui permet de juger les crimes contre l’humanité, quel que soit l'endroit où ils ont été commis.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les enfants des trois opposants gambiens assassinés par les escadrons de la mort de l'ancien dictateur Yahya Jammeh avec leurs avocats devant le tribunal allemand de Basse-Saxe, le 25 avril 2022. (RONNY HARTMANN / AFP)

Un procès inespéré et très attendu par les Gambiens. La justice allemande a commencé le 25 avril 2022 le procès de Bai Lowe, accusé d'avoir fait partie d'un escadron de la mort chargé d’assassiner des opposants à l'ancien président gambien Yahya Jammeh.

Crimes contre l'humanité

Bai Lowe, le suspect de 46 ans interpellé à Hanovre en mars 2021, comparaît devant le tribunal de Basse-Saxe pour crimes contre l'humanité et meurtres entre 2003 et 2006. Il était à cette date le chauffeur d'une unité des forces armées gambiennes chargée d'assassiner des critiques du régime de Yahya Jammeh, dictateur resté au pouvoir à Banjul pendant 22 ans.

Cette unité était utilisée, "entre autres, pour exécuter des ordres d'assassinats illégaux. L'objectif était d'intimider la population gambienne et de réprimer l'opposition", décrit le parquet fédéral allemand.

Parmi ces crimes, l'assassinat par balles le 16 décembre 2004 du journaliste gambien Deyda Hydara, correspondant de l'AFP. Agé de 58 ans, père de quatre enfants, cofondateur du journal privé The Point, Deyda Hydara était aussi le correspondant en Gambie de l'ONG Reporters sans Frontières (RSF). Il était considéré comme le doyen des journalistes de ce petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest.

D'autres liquidations

"Ce procès est le premier à poursuivre les violations des droits de l'Homme commises en Gambie sous l'ère Jammeh sur la base de la compétence universelle"

L'ONG Human Rights Watch

à l'AFP

L'accusé est également soupçonné d'avoir été complice de la tentative d'assassinat, en décembre 2003, d'Ousman Sillah, un avocat réputé de Banjul critique du président Jammeh. Ce procès permettra de "savoir pourquoi, qui et comment on a tenté de tuer mon père", a déclaré lors d'une conférence de presse Amie Sillah, sa fille.

Le parquet allemand soupçonne également Bai Lowe d'être impliqué dans la mort près de l'aéroport de Banjul en 2006 de Dawda Nyassi, considéré comme un opposant de l'ex-président gambien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.