Ethiopie : des religieux chrétiens et musulmans s'opposent à un circuit touristique réservé aux voyageurs LGBT

Une instance interreligieuse éthiopienne a appelé le gouvernement à empêcher une agence de voyages dédiée à la communauté LGBT d'organiser un déplacement dans le pays.

L\'Eglise orthodoxe est la plus importante d\'Ethiopie (63% de la population environ). Ici, la fête de Timkat, l\'épiphanie éthiopienne, célébrée le 18 janvier 2019 à Addis Abeba.
L'Eglise orthodoxe est la plus importante d'Ethiopie (63% de la population environ). Ici, la fête de Timkat, l'épiphanie éthiopienne, célébrée le 18 janvier 2019 à Addis Abeba. (EDUARDO SOTERAS / AFP)

En Ethiopie, l'homosexualité est vue comme un acte "immoral". Ce que n'a pas manqué de rappeler Tagay Tadele, secrétaire général du Conseil interreligieux d'Ethiopie, dans une conférence de presse à Addis Abeba, le 3 juin 2019. "Les circuits (touristiques) ou les programmes de rencontres qui tentent d'utiliser nos sites historiques et notre héritage, devraient être immédiatement stoppés par le gouvernement éthiopien, et nous encourageons les Ethiopiens qui soutiennent ces actes immoraux et malfaisants à s'en détacher" a-t-il déclaré.

L'instance, au nom de laquellle M. Tagay s'est exprimé, regroupe l'Eglise orthodoxe, la plus importante du pays, l'Eglise catholique, l'Eglise adventiste du 7e jour, diverses Eglises d'obédience évangélique, ainsi que le Conseil suprême éthiopien des affaires islamiques.

L'agence Toto tours sert une clientèle gay depuis 1990

"Le gouvernement éthiopien devrait prêter toute son attention à cette question, et jouer son rôle en protégeant la jeune génération de pratiques immorales, contraires aux valeurs éthiopiennes et à la religion", a-t-il ajouté, faisant allusion, sans la nommer, à l'agence de voyages américaine, source de tous les maux.

La compagnie, baptisée Toto tours et installée à Chicago, explique sur son site internet servir la communauté LGBT depuis 1990. Elle propose un circuit de 16 jours dans le nord de l'Ethiopie, en Abyssinie, du 25 octobre au 9 novembre, qui passera par les principaux sites touristiques du pays, dont les églises rupestres de Lalibela. Cette initiative a déclenché une vive hostilité dans le pays.

Des touristes à proximité de l\'église rupestre de Saint-Georges qui fait partie des 11 églises monolithiques creusées dans la roche à Lalibela, village situé à 2600 m d\'altitude, dans le nord de l\'Ethiopie (photo datée du 6 mars 2019).
Des touristes à proximité de l'église rupestre de Saint-Georges qui fait partie des 11 églises monolithiques creusées dans la roche à Lalibela, village situé à 2600 m d'altitude, dans le nord de l'Ethiopie (photo datée du 6 mars 2019). (EDUARDO SOTERAS / AFP)
En Ethiopie, les actes homosexuels sont passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 15 ans. "L'homosexualité est haïe aussi bien qu'illégale en Ethiopie. Toto tours a tort de prévoir des circuits sur nos sites religieux et historiques", a déclaré à l'AFP Dereje Negash, vice-président du Sileste Mihret United Association (SMUA). Cet influent groupe religieux affilié à l'église orthodoxe a lancé des menaces contre le tour-opérateur américain.

Pour sa part, Dan Ware, le patron de Toto tours, a déploré, dans une réponse écrite à l'AFP, que sa compagnie soit "terriblement incomprise". L'agence "n'a pas pour vocation de répandre des valeurs contraires aux cultures locales", a-t-il souligné. "Nous sommes juste une organisation avec laquelle les personnes partageant les mêmes aspirations peuvent voyager ensemble confortablement."

"Des menaces de mort"

Il a expliqué avoir fait la publicité du circuit sur les réseaux sociaux, déclenchant en retour une "énorme campagne contre nous, dont des menaces de mort".

L'auteur de ce tweet, parmi des dizaines d'autres, s'en prend d'avance aux voyageurs de Toto tours leur promettant, "s'ils osent se rendre en Ethiopie, de ne jamais en revenir". "Nous allons vous combattre jusqu'à votre dernier souffle, écrit-il, l'Ethiopie est le pays de Dieu". 

Dan Ware a demandé la protection du Département d'Etat américain et celle du ministère éthiopien du Tourisme. Pour lui, cette campagne tient d'une "discrimination terrible", qui pourrait avoir un "impact négatif sur l'industrie du tourisme en Ethiopie". Vingt-huit pays sur 49 en Afrique sub-saharienne ont des lois pénalisant les relations homosexuelles, selon Human Rights Watch.