Cet article date de plus de cinq ans.

En proie à une grave sécheresse, le Zimbabwe se déclare en état de catastrophe naturelle

Près de 3 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, alerte le gouvernement du pays. Et le phénomène El Niño pourrait assombrir le tableau.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une habitante du Zimbabwe inspecte les réserves de nourriture, le 2 septembre 2015, à Bindura. (JESEKAI NJIKIZANA / AFP)

Le Zimbabwe a besoin d'une aide d'urgence. Victime de la grave sécheresse qui touche l'Afrique australe, le pays peine à nourrir sa population. Il s'est déclaré, vendredi 5 février, en état de catastrophe naturelle. La situation devrait en outre s'aggraver à cause du phénomène climatique El Niño.

Le Zimbabwe compte désormais "2,44 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire, soit 26% de la population", a annoncé le gouvernement. Ce chiffre est en nette hausse par rapport aux 1,5 million de personnes touchées au début de l'épisode climatique, tandis que 2015 a été l'année la plus sèche depuis un siècle.

Les réservoirs d'eau sont à moitié vides dans le pays, selon le gouvernement du Zimbabwe, qui assure qu'il va prendre des mesures. Plus de 16 000 vaches sont déjà mortes et 75% des récoltes ont été ravagées. Dans les zones rurales, les villageois, privés de leur alimentation de base, sont contraints de consommer des fruits sauvages ou de réduire leur nourriture.

Une réforme agraire controversée au début des années 2000

"Il y aura probablement de maigres récoltes dans plusieurs pays et notamment dans le sud du Zimbabwe. L'impact d'El Niño en Afrique australe a considérablement réduit les précipitations dans le sud de la région", affirme le gouvernement. La politique du président Robert Mugabe, notamment sa très controversée réforme agraire, a par ailleurs fragilisé le secteur agricole du pays depuis le début des années 2000, comme l'expliquait le journal canadien La Presse en 2015. 

Le phénomène El Niño, courant chaud équatorial du Pacifique, réapparaît tous les cinq à sept ans et connaît cette année une forte intensité, causant à la fois des sécheresses dans certaines zones et de graves inondations dans d'autres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.