La justice autorise l'accès aux archives de François Mitterrand sur le Rwanda

Spécialiste du génocide rwandais, François Graner avait d'abord demandé au ministère de la Culture s'il pouvait consulter les documents du président de la République, mais l'institution le lui avait refusé.

Le président François Mitterrand, le 21 novembre 1990 à Paris.
Le président François Mitterrand, le 21 novembre 1990 à Paris. (DANIEL JANIN / AFP)

La justice administrative française a autorisé, vendredi, un chercheur à consulter les archives du défunt président François Mitterrand sur le Rwanda, au cœur de la controverse sur le rôle de la France pendant le génocide de 1994Ces archives ne devaient théoriquement devenir publiques qu'en 2055.

Spécialiste du génocide rwandais, François Graner avait d'abord demandé au ministère de la Culture s'il pouvait consulter les documents du président de la République, mais l'institution le lui avait refusé. Le chercheur avait alors saisi le juge administratif et le Conseil d'Etat, réuni en Assemblée du contentieux, lui a finalement donné son feu vert.

"L'intérêt d'informer le public" mis en avant

"La protection des secrets de l'Etat doit être mise en balance avec l'intérêt d'informer le public sur ces événements historiques", estime le Conseil d'Etat dans son communiqué. L'institution explique que "le chercheur a un intérêt légitime à consulter ces archives pour nourrir ses recherches historiques et éclairer ainsi le débat sur une question d'intérêt public".

Par ailleurs, l'institution rappelle que ces documents ont déjà été consultés et rendus publics, et que la consultation est autorisée si elle "ne porte pas une atteinte excessive au secret des délibérations du pouvoir exécutif, à la conduite de la politique étrangère et aux intérêts fondamentaux de l'Etat".