Ouganda : Yoweri Museveni réélu pour un sixième mandat présidentiel, lors d'un scrutin contesté

Le principal rival du président sortant dénonce une "mascarade complète" et affirme que l'élection a été entachée de fraudes massives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président ougandais Yoweri Museveni à Entebbe, le 9 novembre 2019. (SUMY SADURNI / AFP)

Yoweri Museveni a remporté, samedi 16 janvier, un sixième mandat pour diriger l'Ouganda. Le président de 76 ans, au pouvoir depuis 1986, a été réélu avec 58,64% des voix à l'issue d'un scrutin vivement contesté par son principal rival Bobi Wine. Ce dernier a obtenu 34,83% des votes, selon la commission électorale ougandaise. Quelque 10,3 millions d'habitants se sont rendus aux urnes pour ce scrutin sous haute surveillance, durant lequel les autorités ont suspendu l'accès à internet et aux réseaux sociaux – soit une participation d'environ 57,22%. Après l'annonce de sa victoire, Yoweri Museveni a remercié ses partisans lors d'un discours télévisé et déclaré que désormais "la seule chose à éviter est la violence". Le président de la commission électorale a, lui, appelé la population à "rester calme et accepter le résultat de ces élections".

"Une mascarade complète"

Bobi Wine, député de 38 ans, a dénoncé dès vendredi "une mascarade complète", estimant avoir "largement remporté" l'élection. L'ancien chanteur de ragga, qui a galvanisé une partie de la jeunesse ougandaise, a affirmé que le scrutin avait été entaché de fraudes massives : bourrages d'urnes, bulletins préremplis, électeurs n'ayant reçu des bulletins que pour les législatives ou agressions contre les observateurs de son parti, parfois chassés des bureaux de vote.

Depuis vendredi soir, des soldats encerclent son domicile, en périphérie de la capitale Kampala. Son parti dénonce "une assignation à résidence", là où le gouvernement affirme que les militaires assurent sa sécurité. Il n'exclut pas de manifester comme lors de la campagne présidentielle. En novembre, une énième arrestation du candidat d'opposition avait provoqué des protestations au cours desquelles 54 personnes avaient été tuées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.