Tourisme : ces voyageurs qui prennent des risques

Face au tourisme de masse, de plus en plus de touristes français décident de voyager hors des sentiers battus. Une équipe de France 3 est allée à leur rencontre.

FRANCE 3

Au lendemain du retour en France des deux ex-otages enlevés le 1er mai dernier au Bénin, une question se pose : est-il responsable de voyager sur des territoires jugés dangereux ? Patricia Bexon a l'habitude de ce type de voyages. Il y a cinq mois, elle était d'ailleurs dans le parc de la Pendjari, à l'époque une zone à la vigilance renforcée.

Des précautions à prendre

Elle a probablement emprunté les mêmes routes que celles des ex-otages capturés le 1er mai dernier. "Personne n'était inquiet sur ce qu'il pouvait se passer, au contraire, cela s'ouvrait au tourisme. Partir dans des pays où les touristes ne vont pas trop, pour moi, c'est une réelle satisfaction", confie-t-elle au micro de France 3. Mais avant de s'aventurer dans ces zones, Patricia Bexon prend des précautions. La première : s'enregistrer sur le site du Quai d'Orsay. Elle évite tout de même les territoires rouges fortement déconseillés. Le Quai d'Orsay ne peut pas interdire aux voyageurs de s'y rendre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des éléphants se désaltèrent dans le parc national de la Pendjari, au Bénin, le 10 janvier 2018.
Des éléphants se désaltèrent dans le parc national de la Pendjari, au Bénin, le 10 janvier 2018. (STEFAN HEUNIS / AFP)