VIDEO. Lycéennes enlevées au Nigeria : Hollande dénonce "un crime abject"

"La France doit être aux côtés du Nigeria pour pouvoir libérer ces jeunes otages et pour pouvoir punir ceux qui se livrent à de telles abominations", a affirmé le chef de l'Etat.

POOL

La cérémonie officielle de commémoration de l'abolition de l'esclavage, samedi 10 mai à Paris, a été l'occasion pour François Hollande de dénoncer "un crime abject"l'enlèvement au Nigeria de plus de 200 lycéennes par la secte islamiste Boko Haram.

Une équipe d'experts français sur place

"La France doit être aux côtés du Nigeria pour pouvoir libérer ces jeunes otages et pour pouvoir punir ceux qui se livrent à de telles abominations", a affirmé le chef de l'Etat. Au même moment, l'Elysée a indiqué qu'une équipe d'experts français, spécialisés dans le renseignement "humain et technique", est arrivée samedi au Nigeria pour participer aux recherches des lycéennes enlevées. Des experts américains et britanniques sont également sur place.

Lundi, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a menacé de faire de ces jeunes filles des "esclaves" et a affirmé avoir l'intention de les "vendre". La France "ne peut pas supporter d'entendre de nouveau prononcer le mot hideux d'esclavage", a réagi François Hollande.

François Hollande, le 10 mai 2014 à Paris, lors de la cérémonie officielle de commémoration de l\'abolition de l\'esclavage.
François Hollande, le 10 mai 2014 à Paris, lors de la cérémonie officielle de commémoration de l'abolition de l'esclavage. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)